La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



dimanche 22 mars 2015

Moi, présidente réélue de VendrediLecture

Je me suis rendue pour la troisième fois au Salon du Livre de Paris.
D’abord pour l’Assemblée générale de VendrediLecture. Nous avons pris des tas de décisions et j'ai été réélue en tant que présidente. 
Ensuite pour revoir les amis que l’on rencontre trop rarement.
Puis, pour les livres. Comme les fois précédentes, j’ai privilégié les éditeurs dont les livres ne se trouvent pas en librairie et ceux qui soutiennent ce blog au fil des ans par leur confiance renouvelée – j’aime bien entendre les éditeurs parler de « leurs » auteurs.
Je suis donc revenue bien chargée :
-       Sistac de Charlie Galibert – c’est un western – et Voyage à Visbecq présenté par l’éditeur comme « un roman surréaliste anonyme belge écrit vers 1794 » (il ne m’en fallait pas plus). Les deux édité chez Anacharsis. J’avais acheté déjà deux livres de cette maison à Saint-Malo, il serait bon que je trouve le temps de les lire.
-       Au bord de la ligne, roman du brésilien Paulo Rodrigues édité aux Folies d’encre (quel joli nom !).
-       Avaler du sable d’Antônio Xerxenesky, aussi un roman brésilien, édité chez Asphalte, parce que ce sont des éditrices amies.
-       Contes cannibales – Cuentos caníbales du cubain Ronaldo Menéndez, édité chez Meet, parce que c’est une édition bilingue.
-       J’ai bien entendu rendu visite à Ginkgo. Je suis repartie du stand bien chargée grâce au patron de la maison : La Locomotive ivre de Mikhaïl Boulgakov (recueils de textes inédits), Des gens sans importance de Panteleïmon Romanov (encore des nouvelles russes), Moi, Joseph l’Alsacien de Miguel Haler (d’après un témoignage de soldat de la Première Guerre mondiale) et Les quatre saisons de Rimbe de Gilbert Vincent Caboud (roman policier). Merci pour l’accueil ! Je vous conseille l’enthousiasme de cet éditeur.
-       L’Auberge des morts subites, comédie de Félix Leclerc et Le Museum, roman de Marie-Anne Legault, pour partir au Québec.
-       Clin d’œil également à Balivernes et à ses très jolis albums pour enfant. Je suis repartie avec La Fanfare des grenouilles de Satoe Tone, Les Amoureux du livre de Frédéric Laurent et Trois petits riens de Michel Escoffier et Kris Di Giacomo. Merci pour la gentillesse de l’accueil.

Notez que plus ça va, moins je dépense au Salon du Livre ! Trop forte.


10 commentaires:

  1. Pour l'instant je n'ai acheté que 7 livres (un de moins que l'année dernière), mais j'y retourne aujourd'hui...

    RépondreSupprimer
  2. Comme toi, j'ai privilégié les petits : L'Arbre vengeur, Noir sur Blanc, Aux Forges de Vulcain, Le Bruit du temps et Folie d'encre aussi ! J'ai lu "Dark Hazard" cet été et été emballée par la qualité de l'objet livre et le choix de cette réédition. Suis repartie du stand avec un uruguayen grâce à une jeune femme très convaincante :-)
    Par contre, je ne peux pas dire que mon budget salon diminue : passé le total à trois chiffres, c'est grave...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai été attirée par les livres de Folies d'encre, par la maquette de couverture que j'ai trouvée très soignée. Mon budget est toujours à 3 chiffres, mais il diminue inexorablement.

      Supprimer
  3. Félicitations pour cette reconduction...
    Et tu dis que tu as pris moins de livres que d'habitude ?!!!
    Bon dimanche Nathalie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas pris moins de livres que d'habitude, j'ai dépensé moins que les fois précédentes. Nuance !

      Supprimer
  4. Et dire que je n'ai acheté aucun livre pour moi.
    Mais je suis réélue secrétaire, c'est déjà ça !

    RépondreSupprimer
  5. Je connais Ginkgo (hélas pour ma PAL!) Ce sont des terribles, on en repart les bras chargés... J'adore leurs romans décalés d'origines diverses... Joseph l'Alsacien est bien aussi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vrai que tu es aussi une lectrice ginkguesque !

      Supprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").