La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



samedi 25 juillet 2015

Humeur de risotto

Aujourd'hui, j'ai envie de vous présenter cette recette, qui n'est pas du tout de saison, qui est franchement hivernale, mais ... c'est si bon, c'est un délice. Je découvre le mélange réussi entre la fêta un peu salée et la douceur de l'orge, avec toutes les herbes qui sentent bon et qui, elles, rappellent l'été. Donc gardez la recette sous le coude pour l'hiver, vous vous régalerez à ce moment-là.

Risotto d’orge à la feta marinée

Pour 4 personnes

200 g orge perlé
30 g beurre doux
9 cl huile d’olive
2 petites branches de céleri, coupées en dés
2 petites échalotes, coupées finement
4 gousses d’ail, coupées finement (ce livre aime l’ail, j'en mets systématiquement moitié moins)
thym
laurier
½ cuil. à café paprika fumé (ingrédient pour le moment inconnu, je ne sais plus si j'ai remplacé par du paprika standard ou non)
zeste de citron (pas un citron entier)
¼ cuil. à café de flocons de piment (j’ai mis du classique piment en poudre)
400 g de tomates en morceaux en conserve (totalement oublié !)
70 cl bouillon de légumes
30 cl de coulis de tomate
1 cuil. à coupe de graines de cumin
300 g de feta, coupée en morceaux (200 g pour moi)
1 cuil. à soupe de feuille d’origan frais
sel



Rincez l’orge perlé sous l’eau froide et laissez s’égoutter.
Faites fondre le beurre avec 2 cuil. à soupe d’huile d’olive, le céleri, l’échalote, l’ail, à feu doux pendant 5 bonnes minutes.
Ajoutez l’orge, le thym, le paprika, la feuille de laurier, le zeste de citron, le piment, les tomates, le bouillon, le coulis de tomate, le sel. Portez à ébullition, puis baissez le feu et laissez cuire 45 min à petit feu, en remuant bien. À la fin l’orge doit être tendre et le liquide absorbée.
Pendant ce temps, faites griller les graines de cumin dans une poêle sèche pendant 2 ou 3 min. Écrasez-les avec la feta et le reste d’huile d’olive.
Servez le risotto, avec la feta marinée et des feuilles d’origan.

En plus c'est beau.

Recette issue du désormais classique :
Yotam Ottolenghi et Sami Tamimi, Jérusalem, traduit de l’anglais par Christine Mignot, 2012, édité en France chez Hachette.
Les autres recettes du livre : la Soupe à la pistache, les Boulettes de boeuf au poireau (vraiment très fin), les Sablés à la fleur d'oranger (un DÉLICE) le riz safrané, une salade d'hiver et les tartelettes au poivron.

2 commentaires:

  1. vu la température à Lyon ces jours je ne crois pas que je ferai cette recette mais elle m'intéresse alors toc copier coller dans mon classeur cuisine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, voilà, il faut la garder en stock pour le moment où la température descendra.

      Supprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").