Le vent se lève ! . . . il faut tenter de vivre !
L'air immense ouvre et referme mon livre,
La vague en poudre ose jaillir des rocs !
Envolez-vous, pages tout éblouies !

Paul Valéry

mardi 17 novembre 2015

Je me fais vieux, et je voudrais voir ma fille établie avant d’aller fumer le fenouil du cimetière.

Joan Batista Favre ou Jean-Baptiste Favre, Histoire de Jean-l'ont-pris, écrit au XVIIIe siècle, vers 1753-1755, publié de façon posthume en 1877, traduit de l’occitan par Jules Troubat, édité chez Caillon Dorriotz.

Une nouvelle comme un roman picaresque du XVIIIe siècle.

Nous sommes dans la région de Nîmes. Un baron demande à un paysan de lui raconter son histoire pour le distraire sur la route et bien sûr le bavard se fait un plaisir de s'exécuter. Jean-l'ont-pris est fils de Margot la bâtarde et de Truquette lequel a fini pendu. Une enfance de voleur de fruits, des amours avec la belle Babeth, un mariage trompeur, une richesse à la provenance douteuse... Ce n'est pas un récit d'apprentissage où la vertu triomphe et ici, les étapes traditionnelles du roman biographique sont moquées gaiement. Cette nouvelle se moque visiblement de la vision d'un supposé bon peuple naïf à la mode au XVIIIe siècle. Jean-l'ont-pris est indéniablement de la famille de Jacques le fataliste et loue le plaisir pris à beaucoup manger. Enfin, le langage a une verdeur, une crudité, un sens de la vie propre à son temps.
Notez que le baron parle français tandis que le paysan répond en occitan.
  
La place est bonne et fait honneur. La première année nous nous en ressentîmes si bien, ma grand-mère et moi, qu'elle en creva et que j'engraissai comme un chapon.

F. Boucher, Étude d'une poule,  vers 172 7-28, Nationalmuseum de Stockholm,
L'avis de Virginy.


Merci à l'éditeur Caillon Dorriotz qui m'a proposé cette lecture (et qui présente aussi des titres québécois très intéressants).

2 commentaires:

  1. Fumer le fenouil du cimetière ? Je ne connaissais pas cette expression.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La langue paysanne du XVIIIe siècle a de l'originalité.

      Supprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").