Le vent se lève ! . . . il faut tenter de vivre !
L'air immense ouvre et referme mon livre,
La vague en poudre ose jaillir des rocs !
Envolez-vous, pages tout éblouies !

Paul Valéry

mercredi 17 février 2016

La vie est riche en lots de consolation.

Daniel Pennac, Ancien malade des hôpitaux de Paris, 2012.

C’est un tout petit livre, un « monologue gesticulatoire » nous dit le sous-titre, à lire pour sourire.

Un homme raconte, sans se préoccuper de savoir si on l’écoute vraiment. Il était jeune, il était interne en médecine, aux urgences d’un grand hôpital, un dimanche soir, quand un homme « qui ne se sent pas très bien » se met à développer successivement les symptômes les plus graves et les plus divers. Pendant ce temps, le narrateur a une obsession : mettre au point sa future carte de visite de grand ponte de la médecine.
C’est une pochade qui se moque d’un univers médical manifestement bien connu et qui s’inscrit à la suite du Médecin malgré lui et des séries hospitalières de la télévision. On y trouve une ambition féroce et quand même le sens du dévouement, le tout traité avec l’humour et l’exagération propres à Pennac. L’hôpital apparaît comme un grand théâtre (d’ailleurs le texte a été adapté avec succès). Au milieu de tout ça, on trouve des réflexions très fines sur la douleur – Pennac sait de quoi le corps est capable.

Pendant que son pouls bat d’un rythme pépère sous la pulpe de mes doigts, l’asthmatique, sur le banc d’en face, vire à l’indigo.
- Excusez-moi…
La plupart des asthmatiques, eux, ont une mère, ça vient même de là. L’asthme est une vraie maman.


L’avis de Joyeux Drille qui est plus bavard que moi.


6 commentaires:

  1. j'aime bien Pennac : il est naturel , il écrit comme il respire (peut-être qu'il travaille énormément après tout )
    Dans le genre portrait extrêmement subtil des dynasties de médecins , voir "Réparer les vivants"de Maylis de Kérangal . La dynastie Alfand y est croquée avec une extrême justesse ... en tout cas c'est parmi les passages ( dans la marge du sujet) qui a fortement retenu mon attention !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est vrai que la famille de chirurgiens cardiaques de Kérangal est aussi impressionnante !

      Supprimer
  2. Pas lu du Pennac depuis longtemps même si j'aime beaucoup cet auteur. Le point de vue de ce livre ne me surprend pas de sa part.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que cela faisait aussi quelques années que je n'avais pas lu cet auteur.

      Supprimer
  3. Une lecture que j'avais beaucoup aimée !

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").