Le vent se lève ! . . . il faut tenter de vivre !
L'air immense ouvre et referme mon livre,
La vague en poudre ose jaillir des rocs !
Envolez-vous, pages tout éblouies !

Paul Valéry

mercredi 30 mars 2016

Ce qui est carrément formidable.

Maurice Sendak, Prosper-Bobik, traduit de l’américain par Agnès Desarthe, parution originale 2011, édité en France à L’École des loisirs.

C’est l’histoire d’un petit cochon qui s’est juré de fêter son neuvième anniversaire, à qui sa tante offre un déguisement de cow-boy, qui invite tous ses amis cochons lesquels… euh… dévastent tout sur leur passage comme de vrais cochons qu’ils sont.
Cet album (qui n’a pas vu avec terreur débarquer chez soi une horde d’enfants pour un anniversaire ?) m’a surtout plu pour ces dessins. Les cochons ont des faces mi-animales, mi humaines. Les groins transparaissent sous les masques et les déguisements. On frôle quelquefois la caricature et le texte ne craint pas l’humour noir, en transformant les cochons en pâté.


Les couleurs ne sont pas celles de bonbons et le ton n’est pas mièvre. Les couleurs sont grises, brunes, acides, le trait rapide et léger. L’image est trop pleine, pleine de cochons qui font la fête, de costumes, d’accessoires, de déguisements, de bêtises. Impossible pour l’œil de se reposer !
L’album me séduit par cet abord si original. On pense à une illustration ancienne, au cinéma allemand (si, si). Je me demande si cela ne plaît pas plus aux grands qu’aux petits.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").