Le vent se lève ! . . . il faut tenter de vivre !
L'air immense ouvre et referme mon livre,
La vague en poudre ose jaillir des rocs !
Envolez-vous, pages tout éblouies !

Paul Valéry

mercredi 25 mai 2016

La raclée, c’est bien. Ça a du punch.

Petteri Tikkanen, Kanerva. De l’autre côté du lac, traduit du finnois par Kirsi Kinnunen, publication originale 2008, édité en France aux Requins Marteaux.

Kanerva voit de l’autre côté du lac son ami Eero jouer avec sa cousine. Elle est furieuse, triste et jalouse et comme c’est une petite fille décidée, elle entreprend la traversée du lac. À la nage, en bateau, en pédalo, mais il faut compter avec une mouette qui pique du bec dans toutes les bouées qui passent à sa portée.
Ce petit album est très plaisant à lire. Il vaut avant tout pour les dessins : de grands aplats blancs, bleus et noirs. Pas de contours, c’est aux couleurs de définir les silhouettes et les ombres. Tout est schématisé, dans des lignes simples et expressives. C’est une grande réussite.
C’est un récit tout en humour et en tendresse, un été d’enfance, une grande aventure pendant une journée. Kanerva a de l’imagination, s’imagine en sorcière, fait la leçon aux poissons et est bien décidée à ne pas se laisser faire.
C’est aussi un plaisir de retrouver la Finlande : le chalet au bord du lac, avec le sauna à côté, la pêche à la ligne, les sports d’été…

Merci Marie-Neige pour la lecture !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").