Le vent se lève ! . . . il faut tenter de vivre !
L'air immense ouvre et referme mon livre,
La vague en poudre ose jaillir des rocs !
Envolez-vous, pages tout éblouies !

Paul Valéry

lundi 13 juin 2016

Une assiette fumante, avec du civet de fraises, de la cuisse de fraise grillée à la purée de fraise.

Răzvan Rădulescu, Théodose le Petit, traduit du roumain par Philippe Loubière, parution originale en 2006, édité en France chez Zulma.

500 pages dévorées en trois jours : un super roman !

Nous sommes dans un royaume imaginaire dont la capitale est Bucarest. Nous suivons Théodose, l’enfant à qui revient le trône, qui est sous la garde de son tuteur, le Chatchien Gabriel. Grâce au fantôme Otilia, Théodose découvre la chouette Calliope qui possède un domaine dévolu à la fraise et le Minotaure Samuel qui fait dans le champignon. Mais cette vie tranquille est troublée par la découverte d’un complot : le méchant et fourbe Silure protecteur compte prendre le pouvoir… Heureusement il existe une Fraternité (= une guérilla clandestine) qui va aider le petit Théodose.
Avec tout cela, vous comprenez que nous sommes dans un conte. C’est un univers avec quelques éléments réels (Bucarest, l’électricité) et d’autres relevant de la fantaisie (les armées de fourmis se battant à l’arbalète, les soldats poissons dans leur aquarium de combat). Il s’agit d’un roman d’apprentissage pour ce pauvre Théodose et aussi d’une fable politique tout à fait cynique. Les hommes de pouvoir y sont moqués pour leurs discours boursouflés, leur appétit de puissance, leur incompétence, leur hypocrisie… Le puissant Silure se déplace dans son aquarium à porteur et incarne le parfait traître – c’est un personnage très réussi. Un certain nombre de détails affaiblissent la crédibilité de tous ces gens importants qui complotent autour d’un café gourmand.
Art japonais, Musée d'Ennery, Paris, image RMN.
Autre chose amusante : le roman peut s’interrompre brutalement pour « faire comme si on était dans un roman d’Alexandre Dumas » avant de revenir à la situation initiale. Par ailleurs, l’auteur interpelle son éditeur et se met en scène dans son roman. C’est inventif et très plaisant. Le ton est celui de la folie douce, tout en maniant l’enthousiasme du roman d’aventures.

Mon seul bémol : c’est quand même un peu confus. Il y a bien une carte du royaume mais toute petite, et située un peu tardivement. J’ai eu du mal à me repérer entre les fourmis vertes et les fourmis violettes, et entre les différentes zones. Mon plaisir de lecture n’en a pas été diminué, mais je pense qu’une future relecture sera un peu plus informée.

- C’est mieux. Un rassemblement de gredins bornés, voilà mon peuple, dit-il à mi-voix, à l’oreille de Théodose. De bons garçons, ils m’aiment, ils me respectent, mais ils ont peur de moi, bornés et fainéants qu’ils sont ! hurla-t-il, pour être entendu de tout le monde. Des fainéants puants, c’est tout ce que vous êtes. Disparaissez, que je ne vous voie plus !
Les poissons se dispersèrent en un instant, au petit bonheur la chance, dans un murmure respectueux. Lorsque la rumeur s’éteignit et que le silence fut complet, le Silure protecteur s’enfonça dans son fauteuil, ouvrit son cordon de laiton (ou d’or) et entreprit de boire son café sans se presser.

Lire le monde pour la Roumanie.


L'avis d'Yv qui a aussi beaucoup aimé tout en trouvant des longueurs. 

2 commentaires:

  1. J'ai déjà lu des romans roumains un peu... décalés et barrés, est-ce une marque de fabrique? En tout cas j'aime bien!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'il y a comme un nid ! Mais en effet, cela pourrait te plaire.

      Supprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").