Le vent se lève ! . . . il faut tenter de vivre !
L'air immense ouvre et referme mon livre,
La vague en poudre ose jaillir des rocs !
Envolez-vous, pages tout éblouies !

Paul Valéry

vendredi 9 septembre 2016

Destination PAL 2016 - fin

J’arrête le programme de lectures d’été. Il me reste encore du temps et des livres à lire, mais j’ai envie de zigzaguer dans ma bibliothèque, alors je balance la liste ! Je la retrouverai en juin prochain de toute façon.
Verdict de cet été ? J’ai pu enlever au moins quatre ou cinq livres de la bibliothèque (eh eh) et mes lectures m’ont emmenée tout autour du monde. Bizarrement j’ai eu l’impression de moins voyager que l’année dernière, alors que pourtant il est question de l’Islande et de Tahiti. La bizarrerie des impressions.
Les nouveaux rideaux du salon.
Quelques mots sur mes lectures :
D'Honoré de Balzac, j'ai lu plusieurs nouvelles, dont le superbe Chef d'oeuvre inconnu.
"L'autre classique" a été tenu par Hugo dont j'ai lu Mangeront-ils  dans le cadre d'une LC organisée par Claudia Lucia. Billet programmé pour le 20 septembre.
 Pas de billet sur Marcel Proust et ma relecture d'À l'ombre des jeunes filles en fleurs ? Non, car je prévois un grand billet global sur la Recherche, quand je l'aurai relue en entier, disons dans un an et demi.
Beaucoup d'enthousiasme pour Solomon Gursky de Mordecai Richler. Je recommande vivement !
Et le très délicat La Douleur porte un costume de plumes de Max Porter.
J'ai enfin lu La Supplication, recueil de témoignages bouleversants de Svetlana Alexievitch auprès des survivants de Tchernobyl.
J'ai découvert Kristín Marja Baldursdóttir et sa saga islandaise avec une héroïne femme peintre. Cette lecture m'a passionnée (d'ailleurs la lecture du tome 2 est programmée pour octobre).
Des contes de fées napolitains dans une langue truculente ! Découvrez vite !
Le Jour des corneilles, magnifique et court roman du Québécois Jean-François Beauchemin.

Il y a aussi Raymond Chandler, Jane Austen, Jean Ballard, Jules Barbey d'Aurevilly et des choses un peu bizarres, comme une aventure portugaise en Éthiopie.

Une très douche écharpe en alpaga et une belle étole. Mes travaux d'été.

Je n'ai pas fait de billet sur L'Escadron guillotine, roman agréable, mais pas inoubliable. J'en dis ici quelques mots :
Guillermo Arriaga, L’Escadron guillotine, traduit du mexicain par François Gaudry, parution originale 1994.
Un roman aux accents farcesques sur un épisode de la guerre de Pancho Villa. Un petit homme instruit lui propose une arme formidable, apte à impressionner ses ennemis : la guillotine. Nous suivons les tribulations du héros, qui n’est ni grand ni fort ni révolutionnaire ni brillant. Une écriture plaisante, à la fois cynique et brillante.


Le tableau avec toutes, toutes, toutes les lectures et les liens vers les billets. Merci commandant Lili Galipette pour l'organisation de la croisière ! À l'année prochaine (j'entamerai donc la lettre C ! Youhou !) !





6 commentaires:

  1. Réponses
    1. Tout le plaisir de suivre une liste est de pouvoir s'échapper ensuite dans la bibliothèque !

      Supprimer
  2. Fabuleux programme... J'en ai un aussi, mais je n'arrive pas à le suivre. Comment faites-vous ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je le suis 2-3 mois par an et puis après Zou ! je picore de ci de là.

      Supprimer
  3. Je m'arrête aujourd'hui pour ma part, avec un lecture encore en cours ! Mais c'est un bon challenge qui donne une contrainte limitée en attendant de repartir dans le labyrinthe de nos PAL !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui sinon des livres restent toujours de côté parce que trop ceci, pas assez cela. En se "forçant" un peu, cela permet de les lire, de les apprécier ou de faire du vide.

      Supprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").