Le vent se lève ! . . . il faut tenter de vivre !
L'air immense ouvre et referme mon livre,
La vague en poudre ose jaillir des rocs !
Envolez-vous, pages tout éblouies !

Paul Valéry

mercredi 7 septembre 2016

Vive la République ! Vive le Progrès !!!

Gustave Marx, L'Amour en 1000 ans d'ici, publié en 1889, édité par ArcheoSF.

Encore une belle utopie.

Un rabbin familier des secrets de la Cabale raconte un rêve qu'a fait son fils. Il a entrevu l'avenir... Dans mille ans, un homme inventera des ailes qui permettront à l'homme de voler tandis qu'une suite d'inventions rend les habitations et beaucoup d'autres choses gratuites. Enfin, ces ailes permettent de visiter les autres planètes du système solaire jusqu'à la planète Vénus. Bientôt les états et la guerre sont abolis (et le monde entier décide que la France sera à la tête des nations, bien sûr) et chacun rend hommage au seul dieu possible, l'Éternel (y a même plus d'athées ! moi mourir).

T'ai-je dit qu'il n'y a plus ni militaires, ni huissiers, ni concierges ?

La première originalité de cette utopie est le rôle joué par la Cabale et les savants juifs. J'ai également apprécié que les inventions soient issues du monde entier et de plusieurs planètes. Marx s'imagine que quand l'ensemble des biens de consommation sera fabriqué en série et quasi gratuit l'argent et la rivalité seront supprimés au point de déposer les anciennes monnaies au musée de Cluny (Exactement l’inverse de ce qu’il s’est passé donc). Je suis frappée aussi par le fait que ce texte traduise une confiance inébranlable dans le progrès technique et par le fait que plusieurs de ces utopies envisage un avenir très unifié où tous les états et individus adoptent le même modèle sans discussion. Ce serait la fin de l'histoire ? D'ailleurs il est rarement question d'individus, on est vraiment dans des visions de masse. On ne sait pas ce que les femmes sont devenues dans ce monde idéal. En revanche, tous les travaux domestiques sont dorénavant réalisés par des singes très intelligents trouvés en Afrique - ça pue un peu, là.
B. Peinado, Silence is sexy, 2004-2015, collection privée, M&M.

La grande fusion est accomplie, il n'y a plus qu'un culte dans l'univers, le règne tant annoncé et tant prédit de l'Unité est arrivé !

Ce texte traduit une vision assez arriérée de la peinture qui est simplement destinée à reproduire le réel et qui disparaît donc face aux progrès de la photographie. Voilà : il manque la subjectivité dans ce monde.
Je note que l’agriculture et la nature donnent lieu à une vision totalement fantasmée, comme un retour au jardin d'Eden quand cultiver ne nécessitait aucun effort et que les animaux ne se dévoraient pas entre eux. Dans 1000 ans, le lion et la gazelle seront réconciliés.
  
Parce que les hommes étaient pauvres, ignorants autrefois. Maintenant qu'ils sont instruits, qu'ils sont dans l'aisance, il n'y a plus que l'homme tel que Dieu l'a créé, humain, bon et sociable.


Destination PAL – La liste des lectures de l’été. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").