La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



lundi 5 septembre 2016

Je serai heureux d'entrer dans votre histoire.

Alberto Ongaro, L'Énigme Ségonzac, publication originale 2009, traduit de l'italien par Jacqueline Malherbe-Galy et Jean-Luc Nardone, édité par Anacharsis.

Un bon roman de cape et d'épée (mais il y a plus de manteaux que de capes).
Un homme trouve un vieux tableau dans le grenier d'un immeuble parisien. Il imagine l'histoire qui doit bien exister derrière. Donc... Nous voici en plein XVIIIe siècle. Philippe Ségonzac, fraîchement diplômé de médecine, quitte Paris pour rejoindre la maison de son père sur les bords de Marne et échappe de justesse à une tentative de meurtre. Ensuite, les évènements se succèdent. De nouveaux morts, des galopades, des bandits de grand chemin, une très belle jeune femme, la luxure, beaucoup de coïncidences... Tous les ingrédients sont là. À la recherche de l'amour et de la vérité, Philippe trouvera tout cela, explorera les milieux des voleurs et de la très grande noblesse et sera même à deux doigts de rencontrer Canova. Le régime absolutiste et sa corruption vacillent doucement et le pays apparaît comme étant sans foi ni loi, car c'est la réputation des individus qui compte. L'auteur s'amuse et nous aussi, il adresse des clins d'œil à Dumas, passe les récits qui l'ennuie et s'arrête sur les autres. C'est mené à un rythme d'enfer et c'est très entraînant. J'ai apprécié que l'auteur ne fasse pas semblant d'écrire un roman historique sérieux (tout en en écrivant un) et parte du principe que le lecteur ait envie de s'amuser et de vivre des aventures peu ordinaires. J'ai aussi aimé que le roman ne se croie pas obligé de nous emmener à Versailles et choisisse de serpenter entre les bourgeois, les voleurs et les aristocrates en les faisant se côtoyer. On est sur un théâtre, les figures entrent, agissent et disparaissent. C'est un plaisir à lire.
J. Fenouil, Portrait du comédien Préville, 1751, musée des beaux-arts de Marseille, M&M. 

À cette heure-là les rues de Paris commençaient à être moins sûres que durant la journée ; toutefois, s'il se hâtait et parcourait les larges allées au lieu des ruelles qui lui épargneraient du temps, mais d'où, s'il y entrait, il pourrait très bien ne plus jamais ressortir, il ne courrait aucun danger sérieux. Il vérifia ses pistolets et éperonna son cheval.

L’avis de Passion Bouquins. Bon pour le défi italien d'Eimelle.

Destination PAL (hors programme) – La liste des lectures de l’été.



4 commentaires:

  1. un auteur italien que je découvre!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Apparemment il y a deux ou trois autres titres traduits en français.

      Supprimer
  2. J'aime beaucoup cet auteur, "La taverne du doge Loredan" est l'un de mes romans préférés. Et varier les genres ne lui fait pas peur, il s'en sort toujours avec brio...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah je note ce titre qui effectivement a l'air de bien plaire.

      Supprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").