Le vent se lève ! . . . il faut tenter de vivre !
L'air immense ouvre et referme mon livre,
La vague en poudre ose jaillir des rocs !
Envolez-vous, pages tout éblouies !

Paul Valéry

jeudi 24 novembre 2016

Quelle sorte d’homme peut vivre à la campagne sans chien ?

Michael Arlen, Enfer ! s’écria la duchesse, traduit de l’anglais par Anne-Sylvie Homassel, parution originale 1934, édité en France par La dernière goutte.

Une satire policière dans l’Angleterre bien née de l’Entre-deux-guerres.

Mary Dove est une duchesse tout ce qu’il y a de plus duchesse, veuve, belle, sage, adorable, timide. Las ! Elle est compromise dans une histoire d’assassinats sordides. La police mène l’enquête, le tout alors que la tentation fasciste est bien présente en Angleterre et que la lutte des classes se mène violemment dans les rues.
Ce court roman mime les romans policiers, tout en étant une satire de la société londonienne, surtout de ses hautes classes, mais également de sa classe politique et des discours racistes. Tout y est volontairement exagéré et peu vraisemblable. Le ton est extrêmement particulier puisqu’il fonctionne en grande partie par antiphrase ou sur le mode ironique.

La physionomie gris acier de Prest-Olive était si incroyablement distinguée qu’on avait l’impression de le voir de profil même lorsqu’il était de face – profil d’une grande netteté, constitué pour l’essentiel d’un nez à la munificence tout aristocratique.
L'Angleterre vous salue bien.
J’avoue avoir eu besoin d’un petit temps d’adaptation, trouvant au départ que c’était vraiment léger, mais finalement bien prise par cette même légèreté qui raconte, sans rire, les pires horreurs. Le ton, extrêmement stylé, s’en prend aux discours et préjugés sur les étrangers, les pauvres, les femmes, les fonctionnaires, le tout avec un humour so british dans la droite ligne de Chesterton ou de Wilde.
C’était une lecture très distrayante. Cette apparente légèreté demande finalement un peu de concentration pour ne pas louper les bons mots ou pour relire certains passages qui sont brillamment drôles. Une jolie pépite !

- Cet Axaloe, s’exclama Crust, indigné, était un saphiste doublé d’un nymphomane !
- Beau sens de l’acrobatie, commenta Wingless.
- Je crois qu’il veut dire : un sadique doublé d’un érotomane.


Michael Arlen est né en Bulgarie, d'une famille arménienne, mais a vécu quasiment toute sa vie en Angleterre.

2 commentaires:

  1. Une pépite, chouette. Je la compte en participation pour #unmoisunediteur alors ;-)

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").