La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



dimanche 25 décembre 2016

Des nouvelles

Décor extérieur apotopaïque. 
Un billet pour donner des nouvelles… (point trop n’en faut).
Que fut mon année 2016 ?
Marquée par deux événements majeurs : la rupture avec Moustachu, décision très difficile à prendre, que j’ai repoussée au maximum, mais qui, j’en suis sûre, est positive, malgré sa tristesse. Et la suite de l’emménagement dans ma petite maison, avec le rangement, le tri, le rangement, le tri, le rangem… la peinture de la cour en jaune pâle et rose saumon, l’occupation à peu près correcte de la cuisine et les projets toujours en cours pour le salon, la chambre, le bureau, etc. J’ai encore pas mal de peinture à faire ! Je suis assez exigeante sur le chapitre de la déco et sur celui du rangement, parce que je suis tout à fait difficile en terme de couleurs et que je veux que tout soit exactement à sa place, tout en n’étant absolument pas pressée. Donc, encore de belles séances « déco maison » en perspective.
La peinture de la cour. On dirait une maison de vacances, je suis ravie !

Et sinon ? Sinon je travaille, je vois toujours les amis, je dirige toujours la plus belle association du monde, VendrediLecture bien sûr, je suis allée en vacances (et vous avez vu quelques photos). Dans les projets : août 2017 Outre Atlantique, plus précisément à New York !

La couronne de Noël confectionnée il y a deux ans et la crèche, avec Mic-Mac, le petit orignal.

Des décos de Noël achetées à Strasbourg (mais tout n'est pas pour moi).
Et pour ce mois de décembre ? J’ai décidé de me venger du mois de décembre 2015 pendant lequel j’avais déménagé, où j’avais porté la tenue de travaux, où il avait beaucoup plu (si, si), où je n’ai plus internet, où l’affectif était perturbé, où j’étais toute maigre… Cette année, j’ai décoré l’appart et invité les amis à manger ! Je fais trois kilos de plus et je me suis gâtée. Et ça marche : il fait très beau.
Et puis je lis, bien sûr.

Ce qui est bien dans un nouvel appart, c'est que l'on peut coudre plein de coussins avec plein d'animaux différents !

Bref, dans une semaine, vous pourrez lire ici mon autoportrait littéraire de l’année, comme tous les ans, et ce sera reparti pour un tour.

La mer n'est pas très loin de la maison... Encore faut-il trouver son chemin parmi les ruelles !



Bon bout d’an à tous et à toutes !

14 commentaires:

  1. C'est reparti pour la suite, donc! De belles fêtes à toi!

    RépondreSupprimer
  2. Je suis contente de savoir que tu trouves un équilibre dans ta nouvelle vie ! Ta nouvelle maison est trop chouette et j'aime les couleurs de la cour, en plus ces ruelles qui descendent vers la mer font rêver... Que 2017 soit l'année de la plénitude et j'espère que tu as enfin passé des fêtes dans la joie (sans tablier de peintre ni pluie dans les yeux) et 3 kgs ça doit bien t'aller car tu étais trop...mince (dit celle qui stagne à 46 kgs !^^) ! Gros bisous Nath♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'explore les ruelles... il y a de quoi faire !

      Supprimer
  3. Oh j'aime bien les couleurs (et près de la mer, les ruelles, on dirait presque la Crète...)
    Les bouquins sont là, c'est TB.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils sont à l'abri, ils se tiennent chaud.

      Supprimer
  4. jolie cour, jolies ruelles....cela donne envie d'aller à Marseille!

    RépondreSupprimer
  5. un beau récapitulatif, pour une année bien chargée! Bon passage à 2017!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y aura un autre récapitulatif, plus littéraire celui-là.

      Supprimer
  6. J'aime beaucoup tes choix de peinture, ta maison a l'air très chouette.
    Et gros coup de cœur pour le coussin avec le renard bleu !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis tout à fait ravie de ma cour également ! Quant au renard... modèle exclusif !

      Supprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").