La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



samedi 14 janvier 2017

Yaourt épicé à la betterave

Yaourt épicé à la betterave

Pour 6 personnes
500g de betterave cuite (à acheter au marché)
3 cuil. soupe de coriandre moulue
20g de menthe finement haché
500 g de yaourt à la grecque (j’en ai mis moins pour mieux sentir le goût de la betterave)
1 cuil. café de graines de nigelle (je n’en avais pas)
huile d’olive
sel

Si vous le faites en apéro, une betterave (à peu près 200g) suffit.
Épluchez la betterave et mixez-la (je n'ai pas mixé très finement et donc il reste des morceaux). Ajoutez la coriandre, la menthe, le sel et le yaourt. Ajoutez l’huile et les graines de nigelle au moment de servir.
C’est beau, c’est rose vif. Ça se tartine sur du pain ou du pain pita, seul ou avec… du fromage de chèvre, des tomates séchées…


Recette tirée de : Sabrina Ghayour, Sirocco, 2016, Hachette (se présente comme étant de la cuisine perse).
La version du livre Jérusalem est un peu différente, car il s'agit plus d'une purée que d'un tartinable. Elle contient de l’ail écrasé, du piment rouge émincé, du zaatar et elle a une proportion plus forte de betterave par rapport au yaourt. Vous avez compris que chacun peut se faire sa recette.
Yotam Ottolenghi et Sami Tamimi, Jérusalem, traduit de l’anglais par Christine Mignot, 2012, édité en France chez Hachette.

Toutes les recettes du blog.

4 commentaires:

  1. Mon comm a disparu dans un écran qui est devenu tout noir.
    Je te disais que hier, j'ai tartiné à l'apéro de l'houmous et de la brandade de morue. Je garde ta recette qui me séduit bien.

    RépondreSupprimer
  2. La couleur me plaît beaucoup mais je n'aime pas la betterave...mais alors c'est physique ! Dommage car les autres ingrédients étaient parfaits !!! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans betterave, la recette perd grandement de son intérêt... Avec de la carotte cuite à la vapeur peut-être ?

      Supprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").