La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



jeudi 3 août 2017

L’ordinaire insipide me rebutait, il me fallait une bouffée de mystère.

Gilbert Vincent Caboud, Les quatre saisons de Rimbe, coédition Ginkgo et Baz’Art des morts, 2014.

Ce roman policier se déroule dans l’Isère, vallée de la Bièvre. Le nœud de l’intrigue est constitué par la disparition d’un homme, quinquagénaire sans histoire. L’enquête est menée par un poète désabusé et sentimental.
C’est un livre assez plaisant à lire. Les portraits des personnages, notamment du disparu et de son entourage, me semblent assez réussis et réalistes. Il s’agit de la peinture d’hommes qui se demandent où sont passés les idéaux et désirs de leur jeunesse, qui ne sont pas déçus de leur vie, mais pas non plus totalement satisfaits. Ce portrait de société sonne tout à fait juste.
Je serai plus critique avec la langue, très artificielle et précieuse. Je trouve que ce ton convient plutôt bien, voire très bien, aux paysages et aux monologues intérieurs du poète enquêteur, mais les dialogues sont sur le même ton et les tirades me semblent bien trop préparées.
J’ai quand même plutôt apprécié la lecture de ce roman policier, au rythme lent, au ton polardeux et à la langue recherchée.
Voiron, un des lieux de l'action, M&M.
 Un soleil pernicieux crépitait sur les tuiles creuses des halles. La mousse du toit éclatait en gouttelettes verdâtres et quelques moineaux cherchaient pitance dans les chenaux. Chansons zinguées pour poètes matinaux. Février se gaussait des prédictions calamiteuses émises par quelques vieux pisse-froid en mal de gel profond. J’étirais ma carcasse paresseuse sur l’ersatz de balcon, trompé par l’aspect estival du ciel. La bise me surprit de ses crocs glacés, je me rétractai et je me réfugiai immédiatement dans la cuisine.

L’avis de Keisha.

Merci à l’éditeur Ginkgo pour cette lecture. Destination PAL – la liste complète des lectures d’été.



4 commentaires:

  1. je note, au hasard dees portooirs en bibliothèque

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela permet d'occuper agréablement quelques heures et puis voilà.

      Supprimer
  2. Ce n'est pas désagréable à lire, jolie ambiance, jolie plume, mais j'ai été agacée par des utilisations des temps étonnantes (hélas je retrouve souvent ces erreurs, je râle, me demande si ça vient de moi, relis Proust, retrouve mes repères, ouf)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un peu trop précieux, surtout dans les dialogues. Les personnages se font 10 ou 20 lignes d'une tirade hyper écrite, ça n'a aucun sens. Mais le reste est tout à fait réussi.

      Supprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").