La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



dimanche 20 août 2017

Un éléphant reprocha à une souris de ne pas vouloir grandir.

Ambrose Bierce, Les Fables de Zambri, traduit de l’américain par Thierry Beauchamp, édité en France au Dilettante, parution originale 1874.

« Je hais les serpents qui accordent leurs caresses avec une partialité intéressée ou une discrimination fastidieuse ! fanfaronna un boa constrictor. Mon affection est sans limites : elle embrasse toutes les créatures animées ! Je suis le berger universel ! Je rassemble toutes sortes de choses vivantes dans mes anneaux ! Approchez ! Du spectacle pour les hommes comme pour les bêtes !
- Je serais heureux de recevoir une de vos caresses, dit un porc-épic d’un ton humble. Cela fait bien longtemps que l’on ne m’a tendrement enlacé. »
Là-dessus il se blottit contre le serpent au grand cœur qui s’enfuit sans demander son reste.

Destination PAL – la liste complète des lectures d’été.

Je suis en vadrouille. Je vous laisse avec quelques fables zambriennes.

2 commentaires:

  1. J'aime beaucoup l'image de petit chat !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un livre sur Gallica avec un auteur anglais, j'essaierai de te retrouver le lien.

      Supprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").
Vous n'avez pas de blog ? Utilisez le mode nom/URL et ne laissez qu'un nom. Ou utilisez le mode "anonyme" mais laissez-moi un indice.