La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



samedi 27 janvier 2018

Alice Neel

L'année dernière s'est tenue à Arles une exposition des oeuvres de la peintre Alice Neel (1900-1984).

Une découverte pour moi. La force que dégagent ses portraits peut mettre mal à l'aise, mais ils m'ont vraiment impressionnée. Ses peintures sont intenses. Les portraits nous regardent droit dans les yeux, rien ne peut nous distraire de leur visage, de leur regard, de leur expression.

A. Neel, Alvin Simon, 1959, collection privée.
A. Neel, Carmen et Judy, 1972, Oklahoma city museum of art.
L'histoire personnelle de Neel est marquée par le décès d'une enfant et par la dépression. Ses portraits d'enfants ou de mères avec leur enfant sont particulièrement bouleversants.
A. Neel, Ginny, 1984, collection privée.
A. Neel, John Perreault, 1972, Whitney museum of american art.
(on regarde dans les yeux, on se concentre !)
A. Neel, Max White, 1935, Smithsonian american art museum.
Magnifique travail sur les noirs, qui n'a rien à envier à un Soulage. Le visage est dur, mais ces mains... ces longues mains fines et élégantes.
A. Neel, Mère et enfant, Nancy et Olivia, 1967, collection privée.
A. Neel, Michel Auder, 1980, collection privée.
Une artiste à mieux connaître.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").
Ça ne marche pas ? Utilisez le mode nom/URL et laissez seulement un nom (et prouvez que vous n'êtes pas un robot). Merci !