La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



mercredi 17 janvier 2018

Personne n’avait été aussi amical avec lui depuis une éternité.


John Yeoman, L’Ours et l’ermite, illustré par Quentin Blake, traduit de l’anglais par Cécile Dutheil de la Rochère, parution originale 1984, édité en France par Salvator Famille.

C’est l’histoire d’un ours, très gentil, mais benêt et maladroit – du coup tous les animaux l’évitent. Il rencontre un ermite (il vit dans une grotte, mais cela semble assez confortable) disposé à le prendre pour élève. Les leçons virent à la catastrophe, mais ces deux là s’entendent quand même très bien.
Un roman jeunesse plein de douceur, mais aussi d’humour. De nombreuses erreurs de l’ours sont en effet dues à des incompréhensions de langue, ce qui est tout à fait réjouissant et ce qui amène l’ermite à surveiller de près son langage. Bien sûr cette histoire d’amitié n’est pas très originale, mais j’avoue que l’ermite parvient jour après jour à trouver un nouveau sujet d’apprentissage pour l’ours, tout en essayant d’éviter tout ce qui serait trop dangereux. Il se creuse la tête le plus gentiment du monde, avec beaucoup de finesse et d’attention pour ne pas vexer ce gros balourd.
Ajoutons au plaisir de lecture les dessins de Blake, griffonnés avec vivacité, nerveux et pleins de charme.

Peu habitué aux portails, l’ours n’était pas sûr de savoir l’ouvrir et il avait peur de se ridiculiser devant son nouvel ami. Heureusement il fut très vite rassuré : il lui suffit d’une imperceptible secousse pour retirer le portail de ses gonds et de glisser dans l’ouverture. Puis il le déposa soigneusement contre l’arbre pour ne pas abîmer ce qui était à l’ermite. Ce dernier comprit que l’ours avait un besoin urgent de cours particulier.



Merci à Babelio et à Salvator Famille pour cette lecture.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").
Vous n'avez pas de blog ? Utilisez le mode nom/URL et ne laissez qu'un nom. Ou utilisez le mode "anonyme" mais laissez-moi un indice.