La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



dimanche 18 mars 2018

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant

Paul Verlaine, Paysages tristes dans Poèmes saturniens.

Une aube affaiblie
Vers par les champs
La mélancolie
Des soleils couchants.
La mélancolie
Berce de doux chants
Mon cœur qui s’oublie
Aux soleils couchants.
Et d’étranges rêves,
Comme des soleils
Couchants sur les grèves,
Fantômes vermeils,
Défilent sans trêves,
Défilent, pareils
A de grands soleils
Couchants sur les grèves.

R. Delaunay, Formes circulaires, 1930, NY Guggenheim


2 commentaires:

  1. J'ai cru que c'était le poème que j'adore "je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant d'une femme inconnue" etc.. Mais j'aime beaucoup celui-ci aussi. Anecdote : je me souviens l'avoir eu à expliquer au concours du capes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J’avoue, c’était trompeur. Celui-ci est moins connu (sauf de toi).

      Supprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").
Ça ne marche pas ? Utilisez le mode nom/URL et laissez seulement un nom (et prouvez que vous n'êtes pas un robot). Merci !