La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



mercredi 3 octobre 2018

Leurs longues oreilles bougent.

Hege Siri (texte) et Mari Kanstad Johnsen (illustrations), Le Tunnel, traduit du norvégien par Jean-Baptiste Coursaud, parution originale 2015, édité en France par Albin Michel.

C’est un couple de lapins, lui blanc, elle brune. Ils s’aiment et ils creusent un tunnel. Ils discutent, notamment à propos des lièvres qui courent vite. Ils ont peur des voitures. Ils sont sales et couverts de terre. Ils creusent un tunnel sous la route pour atteindre enfin cette belle prairie verte.
Un très joli album (qui plairait beaucoup à Lili Galipette). Les dessins sont superbes, en grands aplats de couleur, un peu comme des papiers découpés. Toutes les attitudes des lapins sont fidèlement rendues, avec leurs mouvements pour se nettoyer, leurs petites pattes, dans des formes stylisées.
Le ton est à la fois doux et mélancolique. C’est que la route est une grande meurtrière et à cause d’elle s’alignent les cadavres de tous les animaux, même celui du renard. Le seul refuge pour ces deux lapins est donc de creuser inlassablement, obstinément, courageusement. Ce sont aussi deux lapins qui s’aiment fort (et qui devraient engendrer plein de petits lapins donc).
C’est délicieux et charmant.

L’avis de Jérôme.






2 commentaires:

Les commentaires sont "modérés" en espérant ne plus avoir droit à compter les escaliers et les feux rouges (Blogspot enquiquine le monde). Si le compte Google ne marche pas, vous pouvez juste indiquer votre prénom (et croisez les doigts). Merci !