La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



mercredi 31 octobre 2018

Moi seul j’étais triste, inconcevablement triste.

Charles Baudelaire, « L’étranger » dans Le Spleen de Paris, recueil posthume publié en 1869.

Qui aimes-tu le mieux, homme énigmatique, dis ? ton père, ta mère, ta sœur ou ton frère ?
Je n’ai ni père, ni mère, ni sœur, ni frère.
Tes amis ?
Vous vous servez là d’une parole dont le sens m’est resté jusqu’à ce jour inconnu.
Ta patrie ?
J’ignore sous quelle latitude elle est située.
La beauté ?
Je l’aimerais volontiers, déesse et immortelle.
L’or ?
Je le hais comme vous haïssez Dieu.
Eh ! qu’aimes-tu donc, extraordinaire étranger ?
J’aime les nuages… les nuages qui passent… là-bas… là-bas… les merveilleux nuages !


Quelques jours d'absence... je reviens début novembre.

4 commentaires:

  1. Le Spleen de Paris a longtemps été mon livre de chevet, merci de le remettre à l'honneur...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai eu du mal à la 1e lecture, mais il y a des passages qui me restent.

      Supprimer
  2. hier j'ai vu chez Thélème l'oeuvre de Baudelaire en audio ça me tente beaucoup même si certains lecteurs ont une voix qui m'agace un peu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui et la poésie mal lue, ça peut être terrible !

      Supprimer

Les commentaires sont "modérés" en espérant ne plus avoir droit à compter les escaliers et les feux rouges (Blogspot enquiquine le monde). Si le compte Google ne marche pas, vous pouvez juste indiquer votre prénom (et croisez les doigts). Merci !