La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



dimanche 15 décembre 2019

Cela pourrait être aussi un Mercure rétrograde – ce qui est typique pour un introverti.

Olga Tokarczuk, Sur les ossements des morts, traduit du polonais par Margot Carlier, parution originale 2009, édité en France par Noir sur Blanc/Libretto.

Un bien curieux roman.
Nous sommes en Pologne, sur un plateau au bout du monde, près de la frontière tchèque. La narratrice et son voisin découvrent, au début du roman, un de leurs voisins mort chez lui. Un type particulièrement désagréable, un braconnier. La neige recouvre tout très vite. Sauf que d’autres morts apparaissent, toujours des chasseurs, souvent des corrompus.

Il m’a fallu un certain temps pour comprendre ce que je voyais. Le silence s’est fait autour de moi. Je regardais la photo. Mon corps s’est tendu, j’étais prête à livrer combat. J’avais le vertige, un bourdonnement lugubre montait dans mes oreilles, comme si une armée de plusieurs milliers de personnes avançait à l’horizon – voix, fracas des armes, crissement de roues dans le lointain.

Je m’attendais à quelque chose tendant plus vers :
  • Le polar. Après tout, quelqu’un a bien tué ces bonshommes, non ?
  • Le roman gothique. La Pologne, la neige épaisse, la présence des animaux, renards et biches, du vent, il y a de quoi s’inquiéter. Et puis William Blake est omniprésent dans cet univers.
  • Le roman fantastique… mêmes raisons que précédemment. Surtout qu’il y a un certain nombre de choses que l’on ne comprend pas, comme ces Demoiselles et ces Petites filles mentionnées par la narratrice.

Or le roman ne va jamais dans ces trois pistes, se resserrant peu à peu autour de cette narratrice. Ancienne ingénieure, percluse de douleurs, astrologue, amoureuse des animaux, ce qui ne la rend pas très populaire. Le lecteur doute un peu du bienfondé de ses raisonnements et finit par se dire qu’après tout elle est peut-être en effet une vieille toquée. Sauf qu’on ne sait pas trop.
Je ne sais pas trop dire si roman m’a plu ou déçue. Sans doute un peu des deux. L’atmosphère y est très particulière, avec cette impression d’être isolé du reste du monde (alors que pas du tout) et cette capacité à rendre présente cette narratrice peu sympathique. Faut-il la prendre au sérieux ou croire à de l’humour de la part de Tokarczuk ?
H. Sandham, Le retour de la chasse, 1877 Ottawa.
Il y a aussi l’horreur brûlante de la chasse pour le plaisir, le goût du sang, associé à l’alcool et à la force brutale, à la corruption et à la misogynie. L’hypocrisie du curé – un morceau remarquable. La violence, l’atmosphère lourde et grise, l’emmurement de la narratrice dans ses pensées et la difficulté des relations humaines contemporaines.
Heureusement il y a l’omniprésence des animaux, hannetons, renards, biches, chauve-souris, chiens, pie, etc. même si leur rôle peut être ambigu ou même inquiétant.
Et une recette de soupe à la moutarde aux croûtons.

Le paysage qui s’ouvrait devant mes yeux se composait de nuances de blanc et de noir qu’entrecoupaient des lignées d’arbres aux lisières des champs. Là où l’herbe n’avait pas été fauchée, la neige ne parvenait pas à recouvrir la terre d’une surface blanche et unie. Des brins séchés transperçaient la couche neigeuse, donnant l’impression qu’une main gigantesque commençait à esquisser un motif abstrait, qu’elle s’exerçait à effectuer des touches rapides, délicates et subtiles.

Durant toutes ces années, j’ai récolté mille quarante-deux dates de naissance et neuf cent quatre-vingt-dix-neuf dates de décès, et je continue à mener mes petites investigations. C’est un projet qui ne bénéficie d’aucune subvention de l’Union européenne. Conçu dans ma cuisine.

Une autrice.
L’avis d’Ingannmic et de Sandrine qui le qualifie très justement d’inconfortable.
De Tokarczuk, j'ai aussi lu Les Livres de Jakób
J'ai aussi lu Les Pérégrins, je vous en parlerai bientôt.
Lecture commune Tokarczuk sur les blogs, j'ajouterai les liens progressivement. Ingannmic a lu Les Livres de Jakób. Passage à l'Est a lu Dieu, le temps, les hommes et les anges (ça a l'air bien !).



14 commentaires:

  1. J'avais personnellement été conquise par ce mélange de genres et ce choix, finalement, de n'en privilégier aucun, ainsi que par l'étrange atmosphère qu'il confère à ce roman atypique... je suis impatiente de découvrir ton avis sur Les Pérégrins, que j'ai l'intention de lire aussi.
    Et merci pour cette initiative qui m'a permis d'exhumer ce gros pavé que sont Les livres de Jakob de mes étagères (je crois que sans ça, il y serait resté longtemps)...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était un plaisir ! C'est sûr qu'il faut un peu de stimulation pour se lancer dans ce gros machin.
      J'ai finalement préféré les Pérégrins. La narratrice de Sur les ossements n'est vraiment pas sympathique.

      Supprimer
  2. Je n'ai jamais lu cette écrivaine. Je viens de chez Ingammic qui a découvert le Livre de Jacob. Le tien a l'air moins difficile mais ne t'a pas l'air vraiment convaincue ! je t'avoue qu'Olga Tokarczuk me fait un peu peur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être qu'un de ses titres va te tenter, on ne sait jamais.

      Supprimer
  3. J'ai l'impression que c'est le même cadre que son roman Dieu, le temps, les hommes et les anges (que je viens de lire pour vous rejoindre dans vos lectures Tokarczuk), mais avec une histoire tout à fait différente. Je suis curieuse de lire votre opinion sur Les Pérégrins.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Beaucoup de neige et de fantômes peut-être... celui que vous avez lu me tente bien ! Merci pour votre participation !

      Supprimer
  4. J'en ai lu trois ( Les pérégrins Sur les ossements des morts Les livres de Jakob) et découvre un autre titre avec Passage à l'est! (pas question d'apprendre le polonais, sinon)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais bien repéré que tu en avais lu plusieurs.
      J'aime bien les passages où elle se moque des noms compliqués à prononcer, même pour un Polonais !

      Supprimer
  5. Ah, je suis bien contente de te lire à propos de ce roman. Son style me fait très envie. Je ne sais absolument pas à quoi m'attendre par ailleurs et, à te lire, je me dis que c'est plutôt tant mieux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est assez déstabilisant mais plutôt réussi en effet !

      Supprimer
  6. Je pense que je vais opter pour Le livre de Jakob... les idées des animaux et tout... je peuse que c'est peas vraiment pour moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu aimes les grandes plongées, il te plaira !

      Supprimer
  7. Bonsoir Nathalie, de cette romancière, je n'ai lu que ce roman ci qui m'a énormément plu. Et puis j'ai été agréablement surprise par le dénouement de l'histoire. Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai eu plus de mal, je crois que c'est ce titre que j'ai le moins aimé de tous ceux que j'ai lus.

      Supprimer

Les commentaires sont "modérés" en espérant ne plus avoir droit à compter les escaliers et les feux rouges (Blogspot enquiquine le monde). Si le compte Google ne marche pas, vous pouvez juste indiquer votre prénom (et croisez les doigts). Merci !