La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



vendredi 21 septembre 2012

Qu'est-ce que demain ? - L'Éternité et un jour


J’ai vu le film de Théo Angelopoulos, L’Éternité et un jour (1998).

Le personnage principal, Alexandre vêtu de son grand pardessus gris, doit quitter la maison au bord de la mer où il a vécu toute sa vie avec sa femme. La maison a été vendue et on comprend progressivement qu’il doit entrer le lendemain à l’hôpital, pour y mourir. C’est son dernier jour. Il est poète et vit en prenant des mots aux autres. Pour cette dernière journée, il erre aux côtés d’un petit garçon réfugié, venu d’Albanie, qu'il a pris sous son aile.

Photo provenant de toutleciné
Ce n’est pas la Grèce ensoleillée. Le film est dans un délicat camaïeu de gris, le ciel, la mer, les gens vêtus de gros manteaux noirs (on est en hiver). C’est le monde où de petits clandestins lavent les pare-brise des voitures aux carrefours et s’embarquent dans des bateaux pour d’autres ports. Le petit garçon avec son blouson jaune est une note de couleur. Les images du passé heureux reviennent à l’esprit d’Alexandre, avec le soleil et les robes blanches des pique-nique d’été en contraste avec ce dernier jour.

Photo provenant d'artevod

Le film est très poétique. Il est lent et les images sont soigneusement équilibrées, ce qui produit une impression de silence et de calme alors que nous sommes portés par la très belle musique d'Eléni Karaïndrou. Dans la variation de gris, des silhouettes se détachent brutalement (celle d’un poète du XIXe siècle, un drap à la morgue), comme un peu de surnaturel. Les deux personnages principaux sont très réussis, au visage expressif et au regard troublant. J’ai été émue par l’errance de ce vieil homme, incarné par Bruno Ganz.

Le billet de Myriam qui parle très bien de ce film. Le pari hellène.


6 commentaires:

  1. je suis contente que tu aies aimé!

    RépondreSupprimer
  2. Très beau film et une musique ...hummm que j'adore ..... elle fait d'ailleurs partie des morceaux que je choisis lorsque je fais des mariages .... (pour l'entrée des mariés à la mairie)
    peut-être que cette anecdote n'a rien à faire sur ce blog ! qu'en penses-tu Nathalie ?
    Evelyne

    RépondreSupprimer
  3. Miriam : j'ai aimé et j'essaierai d'en voir d'autres !
    Evelyne : mais non, ça va, ça va.

    RépondreSupprimer
  4. J'ai lu ce livre il y a très très longtemps mais je ne connaissais pas le film ! Il faut que je retrouve mon livre dans le fouillis que tu connais... :)

    RépondreSupprimer
  5. Celui-là je l'ai pas vu mais Angelopoulos il racontait toujours le même chose finalement et bien loin de la vision tragiquement ensoleillée que nous avons de la Grèce par d'autres ... Des histoires d'errances , de passé tellement enfoui que le présent devenait illisible pour les hommes qui le vivaient : pas de soleil, pas de ciel bleu, du gris de la pluie, du froid dans un pays chaud, des routes incohérentes, , des transports impossibles. Bref pas du rigolo mais la beauté dans toute sa splendide nudité ! Ysa

    RépondreSupprimer
  6. Ben moi je ne savais pas qu'il y avait un livre ! je découvre plein de choses passionnantes.
    Ysa : comme tu en parles bien ! c'est tout à fait cela.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").