La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



dimanche 28 juillet 2013

Humeur du dimanche


Quelques nouvelles ?


Je suis revenue à Marseille après une semaine dans la famille et j’ai repris le rythme de publication des billets. Les choses sont sérieuses ici. En ce qui concerne le challenge Destination PAL de Lili (voici le programme), j’en suis à un abandon, à 15 livres lus et 7 billets publiés. Et puis j’ai fait quelques courses :
Hélène Clerc-Murgier, Abbesses, un roman policier historique au cœur du XVIIe siècle
Pierre Loti, Le Livre de la pitié et de la mort, parce que je retournerais bien à Rochefort et sur la côte Atlantique
Et au rayon occasion :
Melville, Moby Dick (et je viens de me rendre compte que je l’avais téléchargé sur la liseuse… oups)
Gabriel García Marquez, Cent ans de solitude
Roald Dahl, Charlie et la chocolaterie
Faulkner, Le Bruit et la fureur
Diderot, La Religieuse
Buzzati, L’Image de pierre
Sienkiewicz, Quo vadis
Bien contente de ces trouvailles !

L'enseigne de Tako San - image M&M

Vous connaissez mon amour pour la bouffe (et cette semaine j’ai commis une délicieuse tarte à la rhubarbe meringuée selon cette recette) donc je me suis emparée de ce petit questionnaire qui circule sur les blogs :

La qualité que je préfère chez un cuisinier :
L’espèce de sincérité qui fait que le cuisinier utilise des bons produits de saison, pas extraordinaires, mais traités avec simplicité et une sorte d’amour aussi.

Le défaut que je trouve le pire chez un cuisinier : 
Ce besoin de mettre tout et n’importe quoi juste dans un plat pour manger. Ce n’est pas la peine de tout utiliser !

L’épice que je préfère :
Comme dit Asphodèle « une seule ? ». Bon, l’ail n’est pas une épice. Donc… je ne sais pas, peut-être le cumin qui donne un bon goût à plein de choses.

Ma madeleine de Proust : 
Je ne parlerai pas de « madeleine » parce que je peux encore espérer manger plusieurs fois de ce plat mythique : la galantine de mamie ! Miam !

Ce qui me hérisse au restaurant :
Le bruit.
 
le château du Coudray. Image M&M

Trois restaurants que j’aime beaucoup :
En premier Tako san : un petit resto japonais (marseillais) pas cher du tout où on mange pas comme ailleurs : beignets au poulpe, onigri et spécialités populaires, loin des grillages/sushi.
Ensuite, Vinoneo où j’ai dû emmener à peu près toutes mes connaissances (à Marseille). C’est très bon, raffiné et original. Le patron conseille le verre de vin qui s’accorde au plat et les desserts sont délicieux !
Enfin, notre grand-mère nous a emmenées, ma sœur et moi, manger au Plaisir gourmand, au château du Coudray. C’est perdu dans les champs, à 20 minutes de Chinon, en pleine Rabelaisie. Un château gastronomique qui n’est pas pour toutes les bourses mais qui répond à tous les critères : des ingrédients simples mais excellents (des tomates, des herbes du jardin, du Saint-Maur, du poisson, de la poulette…) maniés avec un tour de main parfait et cuits en douceur… Les serveurs sont élégants mais souriants et sympathiques. C’est la campagne, y a pas un bruit. Et c’est top !

Ma devise en cuisine :
« ah… j’espère que c’est bon ». Oui, j’ai une énorme confiance en moi.

Sinon la qualité que j’adore chez les mangeurs : ceux qui aiment parler bouffe ! Vous les connaissez, ces gens, attablés à une superbe table et qui racontent leurs meilleurs repas et font miam à l’évocation du moindre ingrédient ? Et qui, traversant la France (ou l’Italie) en voiture trouvent que les noms de bleds ont des noms de fromage/charcuterie ? Voilà, le portrait de mes amis, de ma sœur et de moi.

9 commentaires:

  1. je t'envie tellement d'avoir ce rapport magnifique avec la "bonne bouffe" moi je mange juste parce qu'il faut se nourrir :) peut-être parce que je suis toute seule et que cuisiner uniquement pour moi je n'y arrive pas ! mais comme ma fifille chérie, vous me donnez envie de changer :) je vais ressortir mes bonnes vieilles recettes ............ gros bisous
    Evelyne

    RépondreSupprimer
  2. Oh la la moi aussi j'adore manger et d'ailleurs ça se voit à mes poignées d'amour ;) !

    RépondreSupprimer
  3. Merci Lilli et George pour votre soutien !
    Evelyne : moi je me fais à manger pour moi toute seule. Après tout, bien manger des trucs bons est un luxe accessible à tout le monde, pas besoin d'être riche/beau/bien né/ceci/cela pour aller chez son marchand de légumes ou se faire un gâteau !

    RépondreSupprimer
  4. Vive le bien-manger, simple et jouissif, comme tu le dis pas la peine de faire compliqué ou d'en rajouter, il faut la dose juste et toujours de bons produits, c'est la clé !!! :)

    RépondreSupprimer
  5. On peut être gourmande dans de nombreux domaines.N'est-ce pas...

    RépondreSupprimer
  6. Voilà les filles, vous avez tout compris !

    RépondreSupprimer
  7. Ca commence par la lecture , ton billet et continue et finit par la (bonne)cuisine! Deux grands plaisirs de la vie!
    et moi qui déteste l'ail!

    RépondreSupprimer
  8. En bon instinctivore, j'aime bien tout mettre sur la table, même si c'est pour rentrer des denrées dans le frigo. J'apprend que c'est un défaut de cuisinier, quid du droit à l'expérimentation, aux mélanges improbables? J'adore tellement le camembert coulant plongé dans un bon chocolat chaud que je milite pour une statue aux soeurs tatin, qui ont fait passer la gastronomie à l'âge de la serendipité et ont ouvert la voie au Bulli d'Adria et autres deconstructeurs !

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").