La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



samedi 16 novembre 2013

Humeur rousseauiste (épisode 1)


Le Verger ou Paysage avec un fermier, vers 1886, Nagano, musée Harmo
La lecture du roman de Nau m’a incité à ouvrir le catalogue de l’exposition Douanier Rousseau qui avait eu lieu au Grand Palais en 2005. Ce sera pour vous l’occasion de deux billets.

Douanier, Rousseau ? Oui, à l’époque il fallait acquitter des taxes pour faire entrer des marchandises dans Paris (ou en faire sortir). Rousseau se tenait à l’octroi, notamment porte d’Auteuil.

Vue du pont de Sèvre, 1908, Moscou, musée Pouchkine
Peintre du dimanche ? Non. Il passait le temps de son travail à dessiner et ses collègues ont été soulagés quand il a pris une retraite anticipée pour pouvoir se consacrer entièrement à son art.

Un soir de carnaval, 1886, Philadelphia Museum of Art
Son art si particulier serait dû à son ignorance de la technique artistique. Bof. On dit toujours des formes d’art peu académiques (la peinture d’avant la Renaissance, l’art des sculptures romanes) que les artistes étaient ignorants des règles de l’art, que s’ils avaient su, ils auraient certainement fait autrement – sous-entendu mieux. Vision paternaliste et réductrice de l’histoire de l’art. Rousseau aurait très bien pu redresser ses perspectives s’il l’avait voulu, ou établir des proportions plus attendues. Mais ça ne l’intéressait guère.

Vue du pont de Grenelle, vers 1892, Laval, Musée du Vieux Château
Un peintre de jungles fantaisistes ? En réalité il a beaucoup peint la banlieue parisienne. Regardez ces paysages dont la gamme colorée fait toute la richesse. Il a aussi peint des portraits mais ils m’intéressent moins, alors vous ne les verrez pas. Non plus que ses très nombreuses peintures allégoriques, louant la liberté, l’égalité, la République.

La semaine prochaine, les fameuses jungles. 
Images scannées dans le catalogue, ou provenant des sites de la RMN ou des Musées.

7 commentaires:

  1. je n'aime pas particulièrement les tableaux de ce peintre mais je dois dire que ceux de cette page me plaisent bien et même franchement bien

    RépondreSupprimer
  2. J'aime l'expression naïve de ce peintre.

    RépondreSupprimer
  3. Je suis ravie que sa couleur fasse quelques conquêtes.

    RépondreSupprimer
  4. Un peintre que j'aime beaucoup! Je n'ai pas vu, hélas! l'exposition. j'aime bien ce que tu dis sur sa technique artistique; peindre comme les autres ne l'intéressait pas! Et c'est pourquoi on l'aime, parce qu'il est différent, non conformiste, imaginatif...

    RépondreSupprimer
  5. Il me semblait justement qu'il n'avait peint que des jungles....

    RépondreSupprimer
  6. Oui Claudia, il est connu mais reste mystérieux.
    Alex : voilà, il est temps de découvrir la banlieue parisienne !

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").