La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



samedi 4 octobre 2014

Humeur de rocher


À Rothéneuf, à côté de Saint-Malo, il n’y a pas que le manoir de Jacques Cartier, il y a aussi les rochers sculptés.
Adolphe Fouré (1839-1910) était un prêtre breton qui déjà pendant son ministère sculptait sa maison, le bois et la pierre. Mis à la retraite pour surdité, il a sculpté les rochers de la falaise. Des dizaines de personnages et d’animaux et de créatures diverses suivant les formes compliquées de la pierre… Le lieu se visite, même si l’eau, le sel, le vent, les embruns, les mouettes, les visiteurs font que cela s’érode petit à petit.
Un gros lézard serpente entre les êtres humains pour les engloutir...

C’est une visite que je vous conseille. On hésite à mettre le pied en avant, perdu dans le fourmillement de personnages que l’on peine identifier. On voit des formes bizarres, on essaye de les reconnaître. On trouve la petite grotte où s’asseoir…


Le père Fouré était une star en son temps : des milliers de visiteurs et des cartes postales, des entretiens dans la presse française et étrangère. C’était une curiosité. Et aujourd’hui, l’exégèse pour identifier ce petit monde se poursuit. Mais on peut se laisser simplement guider par les formes simples et mystérieuses.


Le père Fouré pose devant la postérité aux côtés du facteur Cheval et de Pierre Martelanche.



 Vu d'en bas, on pense à un temple exotique, peut-être hindou. La falaise semble mouvante.

5 commentaires:

  1. j'ai eu moins de chance que toi, par un jour gris les photos sont grises tandis que les tiennes sont très réussies!:

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, ce doit être dommage. Mais consolation : mon appareil est tombé en panne et donc j'ai peu de photos.

      Supprimer
  2. Et dire que je les ai manqué quand j'y suis passé, il y a tant d'années.

    RépondreSupprimer
  3. Le mérite de cette visite revient à Moustachu, à moi ça ne me disait rien du tout. Tout le monde peut se tromper, mais c'est finalement très agréable.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").