Le vent se lève ! . . . il faut tenter de vivre !
L'air immense ouvre et referme mon livre,
La vague en poudre ose jaillir des rocs !
Envolez-vous, pages tout éblouies !

Paul Valéry

mercredi 20 avril 2016

Oui, enfin, telle que se présente la situation, nous devons jouer du Chostakovitch !

Nicolas de Crécy, La République du Catch, parution simultanée en France et au Japon, 2015.

Le héros, Mario, est un tout petit bonhomme à grosses lunettes, vendeur de pianos et vivant avec un manchot (un pingouin ?). Il est d’une famille sicilienne et ses cousins ne sont pas du même acabit. C’est le neveu Enzo (au physique de bébé) qui dirige toute l’entreprise depuis son QG : la République du Catch, un lieu voué à la force et au jeu. Mais le petit Mario reçoit l’aide inattendue de fantômes.
Mario et le cousin dont il reste surtout des fragments.
J’ai beaucoup aimé cette lecture. Crécy est à l’aise avec toutes ces êtres déformés, plus ou moins proches de l’être humain : trop grands, trop petits, animaliers, fantastiques, mous, inspirés des yokai pour certains d’entre eux, moitié robots ou androïdes pour d’autres. On est dans un univers très poétique, comme ce pingouin jouant du piano dans l’eau, le décor peut être celui de la ville ordinaire ou de l’usine futuriste, les codex mafieux sont détournés. Le dessin en noir et blanc fait toute sa place aux faces grimaçantes et aux regards, aux corps déformés des freaks ou musculeux des catcheurs.

Yeah ! Bérénice !
Plus on joue vie, plus le piano avant vie. Un petit air à la Philémon
dans cette belle idée.

 L'auteur a accordé un entretien à France Culture.
Mon billet sur Période glaciaire où Crécy re-visite le musée du Louvre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").