Le vent se lève ! . . . il faut tenter de vivre !
L'air immense ouvre et referme mon livre,
La vague en poudre ose jaillir des rocs !
Envolez-vous, pages tout éblouies !

Paul Valéry

mardi 7 juin 2016

Cet enfoiré d’Arlt. Grand écrivain.

Roberto Arlt, Eaux-fortes de Buenos Aires, traduit de l’argentin par Antonia García Castro, textes écrits entre 1928 et 1933, publiés en France par Asphalte.

De petits textes doux-amers et délicieux à la fois.

Arlt a fourni pour la presse argentine ces articles, ces eaux-fortes comme il les appelle. L’eau-forte est une technique de gravure qui s’opère à l’aide d’un liquide acide et d’une pointe qui égratigne le métal… vous saisissez la métaphore ? Arlt parle du Buenos Aires qu’il connaît, dresse des portraits des différents types d’habitants et l’ensemble forme un tableau contrasté.

Dans sa tête de chien respectueux des lois qui régissent la vie en société, un concept se fit jour : je ne pouvais qu’être bénéfique à sa maîtresse, et c’est en tant que tel qu’il m’a regardé, avant de me faire la fête, complètement solidaire de la logeuse alors qu’elle me vantait le lit plein de puces et le canapé recouvert d’une toile dorée fort indiquée pour incuber lesdites puces. À mesure qu’elle s’attendrissait en énumérant les mérites du canapé populeux, Chaplin remuait la queue avec un enthousiasme grandissant, comme s’il voulait me faire comprendre que lui aussi, en chien délicat, avait apprécié la douceur et le moelleux du canapé.
D'après Wikipedia, les armes de Buenos Aires
(ça n'est pas kitch du tout).
C’est un plaisir de se promener dans ce Buenos Aires disparu et de rencontrer toutes les populations formant cette ville : les Turcs, les Italiens, les mots de français, les paysans venus des campagnes, les musiques les plus variées, les riches, les pauvres. Une figure prédomine dans l’ensemble : celle de l’homme n’en fichant pas une. Arlt en détaille tous les types possibles, de celui qui ne veut pas travailler, à celui qui ne peut pas, à celui qui tient le mur à celui n’est bon à rien. Le ton est plein d’humour, mais l’affection n’empêche pas la satire.
Plusieurs chroniques sont centrées sur la langue. Visiblement, si l’on en croit la traductrice, Arlt écrit la langue de la rue, avec ses mots d’argots aux origines variées, aux définitions déformées. Il s’intéresse aux trajets parcourus par ces mots venus de loin pour décrire la réalité de la rue ou du café d’à côté. Lui-même possède un étrange nom allemand et s’intéresse aux mots italiens, mais aussi génois et napolitains.
L’humour et le ton piquant n’empêchent pas l’auteur d’égratigner la politique de l’État brésilien : les chômeurs sont nombreux, les grands travaux inadaptés, l’administration corrompue et pléthorique.

Vous ne faisiez que passer, passer pour la voir, rien de plus, mais vous vous êtes arrêté… Je ne sais pas, disons pour dire bonjour. Pour ne pas être impoli. Et vous vous attardez un moment pour faire un brin de causette. Quel mal y a-t-il à ça ? Et soudain, on vous offre une chaise. Vous dites : « Non, non, ne vous dérangez pas. » Mais, quoi ? La petite a filé à toute vitesse. Et une fois que la chaise est là, vous vous asseyez et on continue la causette.
Chaise baratineuse, chaise ensorceleuse.



2 commentaires:

  1. Réponses
    1. C'était l'occasion de découvrir cet écrivain qui a aussi publié de gros romans.

      Supprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").