Le vent se lève ! . . . il faut tenter de vivre !
L'air immense ouvre et referme mon livre,
La vague en poudre ose jaillir des rocs !
Envolez-vous, pages tout éblouies !

Paul Valéry

mercredi 28 septembre 2016

Chercher plus loin c’est s’exposer à d’amères déceptions.

Frédéric et Julien Maffre, Stern. Le croque-mort, le clochard et l’assassin, 2015.

À la première page, un village est pillé par une horde de cavaliers. Vingt ans plus tard, le mélancolique croque-mort, Stern, opère à Morrison. Charles Bening vient de mourir, ivre mort, dans le bordel local. Mais Stern remarque quelque chose de très étrange avant de l’enterrer…


C’est ici un western sans cavalcade ni diligence (quoii ?), mais qui prend place au sein d’une petite communauté. Il est question d’un alcoolique, du saloon-bordel, du shérif un peu trop obtus et d’un règlement de comptes sur fond de souvenirs de guerre de Sécession.
J’ai aimé le dessin plein de délicatesse, la couleur qui est quelquefois comme aquarellée ou même délavée, avec certains personnages qui se détachent en couleur forte sur un fond grisâtre. Stern n’est pas un croque-mort de Lucky Luke, avec le haut de forme et le vautour en bandoulière. Grand et maigre, en bottes, lisant des romans et de la poésie, c’est un drôle de personnage dans ce monde plutôt primaire et désabusé. Il reste une figure mystérieuse, au prénom étrange, dont on ne saura pas grand-chose, mais intriguant.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").