La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



mercredi 17 avril 2019

Si t’es riche, faut rien dire et puis rien dépenser. C’est un peu nul.

Appollo (scénario) et Lewis Trondheim (scénario et dessin), Île Bourbon 1730, 2007, Delcourt.

L’histoire de ce gros album se passe à l’île Bourbon (à la Réunion donc) en 1730. Nous avons deux naturalistes parisiens qui cherchent des oiseaux rares et notamment un dodo. L’un des deux, Raphaël, est fasciné par l’imaginaire pirate. Et puis, nous avons des nègres marrons, échappés des plantations de café, qui se cachent dans la forêt. Des propriétaires d'esclaves qui les chassent. Et puis, nous avons d’anciens pirates, qui ont bénéficié d’une amnistie, qui boivent et dissertent sur un trésor caché. 
Cet album s’appuie en premier lieu sur notre imaginaire. Les explorateurs qui cherchent des espèces animales disparues ou nouvelles, ceux qui écoutent les histoires de pirates et de trésor comme des contes, ceux qui rêvent à la vie dans les îles… les voici rappelés à la réalité. Raphaël ira de désenchantement en désenchantement… à moins qu’il ne choisisse d’écouter la voix des légendes ! La vieille littérature, celle de Defoe, mais aussi celle de Voltaire, n’est jamais loin. Le Code noir non plus.
Côté dessins, nous avons un trait noir sur fond blanc, des personnages à tête animale, un graphisme un peu crayonné. Rien n’est embelli, tout est détaillé. Les personnages sont tout petits dans une nature immense.
À la fin, des notes précises ce qui est vrai et ce qui est faux (on a vraiment amnistié les pirates à l’île Bourbon).
Une évocation réussie à mon sens !





2 commentaires:

Les commentaires sont "modérés" en espérant ne plus avoir droit à compter les escaliers et les feux rouges (Blogspot enquiquine le monde). Si le compte Google ne marche pas, vous pouvez juste indiquer votre prénom (et croisez les doigts). Merci !