La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



mercredi 18 mai 2022

Se tromper de chemin c’est rejoindre la neige.

 Federico García Lorca, "Gacela de la terrible présence", Divan du Tamarit traduit par Claude Couffon et Bernard Sesé, 1936.

 

Je veux que l’eau demeure sans lit.

Je veux que le vent demeure sans vallées.

 

Je veux que la nuit demeure sans yeux

et mon cœur sans la fleur de l’or ;

 

que les bœufs parlent aux grandes feuilles

et que le ver de terre se meure d’ombre ;

 

que brillent les dents de la tête de mort

et que la jaunisse inonde la soie.

 

Je peux voir le duel de la nuit blessée

qui lutte enlacée avec le midi.

 

Je résiste au couchant de vert poison

et aux arcs brisés où souffre le temps.

 

Mais n’éclaire pas ta nudité limpide

comme un cactus noir ouvert dans les joncs.

 

Laisse-moi dans une angoisse de planètes obscures,

mais ne me montre pas ta hanche fraîche.

 


Je suis en vacances, alors je vous laisse en poésie (avec une image d'une réalisation de Gaudí). Et avec un poème espagnol en l'honneur du mois espagnol de Sharon.


4 commentaires:

  1. ce poème là est vraiment splendide donc un copier coller pour mon recueil de poésies du monde

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'aime pas tous ses poèmes mais celui-ci est superbe en effet.

      Supprimer
  2. Chaque poème de Lorca me touche énormément. Celui-ci est très beau aussi !
    Gaudi : Très belles ces portes que l'on voit à l'expo du musée d'Orsay. Mais le reste de l'expo m'a un peu déçue et je suis restée sur ma faim.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour Gaudi, j'ai vu le document sur Arte et cela donne surtout envie de se balader à Barcelone. Mais on le connaît mal en France.

      Supprimer

Les commentaires sont "modérés" en espérant ne plus avoir droit à compter les escaliers et les feux rouges (Blogspot enquiquine le monde). Si le compte Google ne marche pas, vous pouvez juste indiquer votre prénom (et croisez les doigts). Merci !