La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



dimanche 7 octobre 2018

Les Haidas, la vannerie

Retour sur la côte ouest du Canada, aux côtés des Premières Nations.
Le territoire de la Colombie-Britannique était auparavant occupé par divers peuples, aux langues très différentes, appartenant à des groupes linguistiques distincts. La côte ouest du Canada était d’une grande richesse humaine. Ces populations autochtones nombreuses commerçaient et échangeaient. Parmi eux, les Haidas qui vivaient principalement sur la côte.
Quelques informations : les Haidas vivaient de l’horticulture (pomme de terre et tabac), de la cueillette, de la chasse, mais surtout de la pêche. L’essentiel de l’alimentation était assuré par la mer et les rivières (saumon, flétan, morue, oursin, palourde, etc.). Les groupes sociaux étaient apparemment assez étendus et les différentes communautés très peuplées. C’était une société matrilinéaire, hiérarchisée, avec une élite nettement marquée, qui pouvait accaparer les biens de prestige. Pour nous, aujourd’hui, nous associons les Haïdas aux grands totems dont je vous parlerai prochainement.
Si le sujet vous intéresse, cap sur Wikipedia et sur une bibliographie essentiellement anglophone.
Pour cette semaine, j’ai décidé de mettre en avant la merveilleuse vannerie haïda dont je suis tombée totalement amoureuse.

Et d'abord les chapeaux ! De grands chapeaux couvrants le visage, aux motifs peints à la main ou à l'aide de pochoirs. De grands yeux, des bêtes, à l'intérieur comme à l'extérieur. Ces motifs ne sont pas gratuits, mais ont un rôle informatif, se réfèrent à des ancêtres mythiques... Ce sont des chapeaux de cérémonies, réalisés longtemps à l'avance pour des occasions spéciales.

Ce chapeau date des années 1880.


Les nattes tissés ou les couvertures ont le même rôle enveloppant.
Ces vanneries peuvent être réalisées grâce à des herbes, de l'écorce ou des fibres ou des racines de cèdre (le grand arbre du coin). La préparation des racines nécessitait plusieurs semaines.


Des récipients divers. Celui du bas, à la forme et à la réalisation parfaite, pouvait contenir de la graisse animale.

Bientôt, je vous parlerai d’objets en pierre et peut-être de masques, mais aussi des fameux totems !

Photos prises au musée canadien de l'histoire à Gatineau et au musée d'histoire de Vancouver.

Les précédents billets concernant ce périple : présentation de Vancouver ; brève histoire de Vancouver ; les peuples autochtones canadiens.

4 commentaires:

  1. Le tressage est magnifique ! ça me donne envie d'expérimenter cet art !
    Syl.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ces chapeaux sont des vraies oeuvres d'art. J'ai eu un vrai coup de coeur pour eux !

      Supprimer
  2. Et pas seulement les chapeaux, les paniers ont aussi un tressage parfait ! Je ne suis pas allée à l'ouest quand j'ai visité le Canada. C'est quelque chose que je regrette !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui les objets de la côte ouest sont très différents de ceux que l'on trouve au Québec par exemple.

      Supprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").
Ça ne marche pas ? Utilisez le mode nom/URL et laissez seulement un nom (et prouvez que vous n'êtes pas un robot). Merci !