La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



samedi 16 octobre 2021

Il neige

 Série impressionniste : c’est le dernier billet !

Aujourd’hui, il sera question de neige. Oui, de neige. En préparant cette série, j’ai repéré dans mon ordinateur un certain nombre de photographies de paysages enneigés. Et si on associe habituellement les impressionnistes à la Seine, à la Normandie, aux loisirs urbains, il me semble que l’on peut aussi dire que ce sont (pour la plupart d’entre eux, parce qu’aucun n’entre tout à fait dans le moule) des peintres de la neige.

Gérome, Suite d'un bal masqué (1857, Musée Condé). Cette blague, ce n'est pas du tout un tableau impressionniste ! L'envie simplement de rappeler que les grands peintres du XIXe siècle ne sont pas tous romantiques ou impressionnistes, mais que parmi ceux que l'on range dans les "académiques" il y a quelques esprits puissants. Jean-Léon Gérôme est de ceux-là, créateur de grandes machines théâtrales tout à fait saisissantes et de tableaux mystérieux (comme cette incroyable Crucifixion Consummatum est que je vous avais montrée en 2020). Aujourd'hui, le meurtre d'un Pierrot la nuit dans la neige. Et on n'en saura pas plus.
Maintenant, je tiens mes promesses. Les impressionnistes.

Monet, Route effet de neige soleil couchant (1869 Rouen BA). De la bonne grosse neige moelleuse et de la lumière dorée. Les touches cuivrées et rouges des personnages, de la végétation. C'est un beau tableau lumineux.
Une lumière entachée par l'histoire puisque le tableau est MNR = tableau spolié pendant la Seconde guerre mondiale, en attente de restitution à ses légitimes propriétaires. Un tableau témoin de nos horreurs. À qui est ce tableau ?

Monet, Effet de neige à Argenteuil (1875 Genève Musée d'art et d'histoire). Le soleil est bas à l'horizon et les ombres des arbres s'allongent sur la neige. De la neige sale, qui ne cache ni la terre ni les pierres, sous un ciel gris. Et des silhouettes minuscules.
Monet, Les Glaçons dit aussi Débâcle sur la Seine (1880 Orsay). Ce tableau me semble saisissant. Dans son harmonie rosée, bleu pastel, à contre-jour, un peu ébloui par le soleil de l'aube on devine à peine les morceaux de glace flottant sur le fleuve. Ce que j'ai pris au départ pour les flèches de quelques églises gothiques sont en réalité de grands arbres.

Sisley, Paysage d'hiver à Louveciennes (1874 musée Angladon Avignon). Ainsi que le faisait judicieusement remarquer Dominique, Sisley a peint plusieurs paysages de neige. Le plus connu est La Pie que vous connaissez probablement. Ici un hiver où la neige est épaisse et la lumière pas dorée du tout. Il fait bien froid et il faut espérer que la route ne soit pas trop longue. Les effets du paysage sont très réussis : bruns au premier plan et bleutés plus loin.

Sisley, Gelée blanche été de la Saint-Martin (1874 privé). Ce n'est pas encore l'hiver, mais il ne va pas tarder. Il y a un beau ciel bleu et de petits moutons dans le ciel et les cultures sont superbement rendues. Du vert, du rouge cassé, la gelé blanche aux ombres bleues glacées. La silhouette de l'arbre totalement déplumé. L'harmonie du coloris !
Sisley, L'Abreuvoir à Marly gelée blanche (1876 Richmond museum fine arts). L'hiver bleu. Encore un chemin qui s'en va vers les habitations. Les couleurs et la lumières sont très belles, très harmonieuses. Le trait doré qui effleure le moindre relief, alors que tout est encore relégué dans l'ombre. Cette gelée affleurante est subtilement rendue.
Van Gogh, Paysage enneigé (1888 Guggenheim). Dans la lignée de Sisley il me semble, ce paysage très simple de Van Gogh, où les couleurs se juxtaposent joyeusement. 

Denis, Les Balayeurs ou La Neige en février (1889, pastel sur papier, Orsay.) Maurice Denis, ce n'est plus vraiment l'impressionnisme mais ce tableau ! Clairement inspiré des estampes japonaises dans sa composition. Nous avons deux silhouettes sombres sur un fond vaguement blanc sale. Les arbres sont lumineux et se dressent au-dessus de l'horizon.


Voilà. J’espère que vous avez aimé cette série. J’ai un peu hésité à la démarrer, parce que les impressionnistes sont si connus. Présents dans tous les musées du monde et sur les boîtes de chocolat, on peut avoir l’impression de les connaître par cœur. Néanmoins, j’ai pris grand plaisir à me rappeler mes visites de musées, à montrer ces œuvres mondialement connues ou beaucoup plus confidentielles, et à réfléchir vaguement à cette notion de peintre impressionniste. Je ne suis pas spécialiste de la question et je n’ai rien lu sur le sujet pour préparer les billets. J’y suis allée nez au vent, portée par les reproductions d’œuvres et mon fonds de connaissances. J’ai aimé pouvoir regarder à nouveau ces peintures, réfléchir pour essayer de les décrire et pour trouver un truc à vous écrire. Je me sens à présent tout à fait disposée à aller admirer d’autres toiles dans d’autres musées. J’espère que cela est également votre cas !

Pour les prochains week-ends, il y aura tout d’abord un billet « transition » consacré à une exposition que j’ai vue récemment. Puis débutera une série comme il y en a déjà eu plusieurs sur ce blog, consacrée à des lieux que j’ai visités et dont j’ai envie de vous parler. Pour l’essentiel, il s’agit de lieux très connus, où l’on aime à revenir au fil des années. Il y aura deux pôles géographiques : la région parisienne et PACA (la Provence, pas du tout les Alpes, et la Côte d’Azur). L’ensemble devrait nous emmener jusqu’à Noël. Et après… on verra bien !


ADDENDUM MAISON : La cuisine est installée cette semaine !!!! Les choses se rapprochent.



10 commentaires:

  1. La neige, mais oui... J'aime beaucoup le premier, si mystérieux...
    Et on attend la suite, bien sûr!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gérôme est un peu oublié sous prétexte qu'il n'est pas impressionniste, mais ses créations sont formidables !

      Supprimer
  2. Ah, j'ai une reproduction de ce tableau de Gérôme dans un livre posé sur mon bureau... et j'y vois une épée qui traine sur la neige, et un homme en costume d'Arlequin qui en entraine un autre sur le côté... Mais ma reproduction n'a pas ce petit coin de rugosité qu'on voit sur la tienne!
    Oui, j'ai aimé cette série, merci à toi de nous l'avoir proposée! Je garde un gros faible pour Monet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et moi pour Manet.
      Ma photo souffre du mauvais éclairage du tableau, mais souvent les reproductions sont très lisses et aplatissent les œuvres.

      Supprimer
  3. On ne peut pas se lasser de ces œuvres qui sont si belles ! J'ai toujours un énorme plaisir à voir et revoir un tableau.
    Bon dimanche, Nathalie...
    Syl.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et moi donc ! Je retourne inlassablement dans les mêmes musées.

      Supprimer
  4. voilà bien la meilleure fin à tes billets car la neige c'est pour moi un sujet de tableau magnifique
    j'ai une petite collection personnelle qui mêle les impressionnistes mais aussi la peinture flamande qui est riche en flocons elle aussi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'ai pensé aux tableaux de Brueghel et aux patineurs notamment.

      Supprimer
  5. Les Glaçons sont mon préféré, après le Sisley et Van Gogh sans surprise!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C’est difficile de choisir. Pour ma part, j’hésite entre le Monet de Rouen et le Sisley avec l’abreuvoir.

      Supprimer

Les commentaires sont "modérés" en espérant ne plus avoir droit à compter les escaliers et les feux rouges (Blogspot enquiquine le monde). Si le compte Google ne marche pas, vous pouvez juste indiquer votre prénom (et croisez les doigts). Merci !