La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



jeudi 10 décembre 2020

Le terrorisme, c’est l’ennemi juré du langage.

Catherine Meurisse, La Légèreté, 2016, Dargaud.

Je vous avais annoncé, après ma lecture du Lambeau, que je comptais relire La Légèreté. C’est chose faite (il y a plusieurs mois). Je n’ai rien de plus à dire que ce que j’ai déjà écrit la première fois, mais comme certains d’entre vous ne se sont toujours pas mis à Meurisse, ce petit rappel m’a semblé indispensable.

Ici, elle raconte comment la beauté l’a sauvée après l’attentat à Charlie Hebdo et plus généralement comment la beauté sauve, permet de sortir de soi-même, de redécouvrir l’autre et la vie, de dormir sans trembler, de sourire et de se trouver une place dans le monde. Ici, c’est d’un séjour à Rome, à la Villa Médicis, que viendra le salut. Des marbres, des peintures. Elle va, guidée par Stendhal (ah comme on a envie de relire Stendhal) (toujours) et par d’autres âmes sensibles, un peu médisantes, un peu mauvais esprit, mais amies.



Une autrice.


Meurisse sur le blog :

Le Pont des arts
Mes hommes de lettres
La Légèreté
Moderne Olympia
Les grands espaces
Delacroix, sur un texte d'Alexandre Dumas


8 commentaires:

  1. J'avoue ne pas en avoir lu autant que toi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis sûre que tu adores en plus. Bon on m'en a offert, ça aide.

      Supprimer
  2. j'ai lu le lambeau mais je ne connaissais pas ce livre de Catherine Meurisse. Il a l'air très beau et sur un sujet que j'aime. A retenir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On le trouve facilement, il a eu beaucoup de succès. Moi j'aime tout ce qu'elle fait !

      Supprimer

Les commentaires sont "modérés" en espérant ne plus avoir droit à compter les escaliers et les feux rouges (Blogspot enquiquine le monde). Si le compte Google ne marche pas, vous pouvez juste indiquer votre prénom (et croisez les doigts). Merci !