La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



jeudi 9 août 2018

Les coulisses du blog

Je profite des vacances pour répondre à ce questionnaire qui m’a été adressé il y a quelques semaines déjà par Lili. Il s’agit de présenter les coulisses du blog. Genre, je révèle tous mes trucs !

Avis, critique, recension et/ou ressenti ?
Je rédige des billets qui correspondent à mes impressions de lectrice. Il n’est pas facile de savoir quoi penser d’un livre et d’identifier les raisons de telle ou telle préférence. Donc je m’attache à mettre en avant les points forts et les points faibles – selon mon point de vue.
Utile précision : je ne fais pas un blog d’histoire littéraire. S’il s’agit de replacer une œuvre dans son contexte ou de reconstituer ce qu’a voulu faire l’auteur, il y a Wikipedia ou les services de presse d’éditeur pour cela. Je me refuse à faire un laïus intelligent sur le drame romantique quand je parle d’Hernani (que j’ai dégommé, à l’indignation de certaines) ou de Ruy Blas (dont je dis le plus grand bien, donc là ça va). Et ça ne veut pas dire que je n’y connais rien en histoire littéraire, loin de là.
De même, je m’exprime en tant que lectrice. Mes rapprochements seront fonction de mes lectures antérieures, ils peuvent quelquefois être inattendus. Ce joyeux petit désordre constitue tout le charme de la lecture pour le plaisir.

Le choix du livre
Mis à part l’été où je me fixe une liste, le reste de l’année j’alterne entre les livres que l’on me prête, les livres des lectures communes diverses et variées, les petits défis personnels et le hasard : je peux choisir un livre les yeux fermés en me plantant devant la bibliothèque. 
Toutefois, hors de question de parler de toutes mes lectures sur ce blog. Il y a les livres dont je n’ai rien à dire. C’est souvent le cas des livres d’histoire (je ne vais pas vous raconter l’histoire une seconde fois, hein) (même si certains s’en tirent bien) et des bandes dessinées (qui donnent lieu à des billets intéressants sur d’autres blogs et je n’ai pas toujours un truc fin à ajouter), mais aussi de quelques romans. Il y a aussi les livres que je n’aime pas. Je sais que certains professent des choses comme : les critiques négatives sont aussi intéressantes que les positives et puis ça changerait parce que les blogs littéraires sont d’un enthousiasme parfois lassant. Pour ma part, je tiens ce blog pour mon plaisir, il n’y a pas place pour un sentiment d’obligation, et je ne me sens pas astreinte à passer du temps en compagnie d’un livre déplaisant, que ce soit pour le lire ou pour en parler. Je fais la distinction avec les avis mitigés, il y en a ici un certain nombre. Mais il y a tant de bons livres dont personne ne cause ! Autant laisser toute la place au plaisir de lecture.
Petite bizarrerie : si je relis un livre, il peut m’arriver d’avoir envie de rédiger un nouveau billet. Certains romans sont donc très bien servis (comme Les Fous de Bassan par exemple).

Cas particulier : parfois, pas besoin de choisir, les livres viennent à toi via les SP ou services de presse.
Cela fait des années qu’il n’y a plus de service de presse sur ce blog, mis à part les masses critiques de Babelio.

Mettre ou ne pas mettre la quatrième de couverture ? That is the question.
Non. Ça n’a aucun intérêt.

Prise de note
Non plus, mais voici ce qui se passe.
Je lis une bande dessinée : je déchiquète des petits bouts de papier pour marquer la page. Je lis un livre que l’on m’a prêté : je note le numéro de page sur le carnet préposé à cet effet. Je lis un de mes livres : je corne la page. Je lis un livre numérique : je place un signet numérique.
Mais quelle page marquer ? Ahhh, tout est possible. Je marque les pages où il y a une citation intéressante, où il y a un truc ( !) intéressant dont il faudra que je parle dans le billet, une information bizarre à vérifier, une musique mentionnée parce que je participe au croisillon #EntenduDans ou n’importe quoi de vaguement notable sur lequel il faudra que je me penche une fois ma lecture terminée.
Le carnet avec les numéros de page.

Rédaction
Un jour ou deux après ma lecture, à tête reposée, je rédige le billet sur un document word, avec tout ce qui me semble nécessaire, mais dans le désordre, un peu comme cela me vient à l’esprit. Je reprends le livre à toutes les pages marquées et je recopie les citations. Je consulte la page Wikipedia s’il y en a une (c’est souvent le cas des classiques). La publication interviendra… entre deux jours et un an après, selon une chimie pas très bien définie. J’essaie de respecter une alternance entre classiques et choses plus récentes ou originales, mais tout cela fonctionne à l’humeur du moment.

Serré ou plutôt long ?
Je dirais serré. D’ailleurs je suis très fière de mon résumé des Misérables en six lignes.

Divulgâcher, moi ! Jamais.
Jamais. D’ailleurs j’évite au maximum de raconter l’histoire et essaie plutôt d’avancer par points forts (ou faibles) : la narration, les personnages, la langue, l’univers évoqué…, mais évidemment quand on lit des classiques, on n’a pas besoin d’en dire autant parce que tout le monde connaît plus ou moins le ressort de l'intrigue. J'ai d'ailleurs inventé le syndrome Dr Jekyll/Mr Hyde pour désigner ces romans dont tout le monde connaît parfaitement le pourquoi du comment, mais qui restent palpitants.

Ils en pensent quoi les autres blogueurs ?
Je mets quelquefois un lien vers l’avis d’un autre blog, mais rarement.

Citation
Alors, là, oui. Depuis ma maîtrise jusqu’à ma thèse, et y compris sur ce blog, plusieurs personnes ont vanté mes choix de citations. Je ne sais pas vraiment ce que recouvre ce don particulier, mais j’aime prendre des citations (j’en trouve même dans les livres que je n’aime pas) au point où je me demande si ce blog n’est pas un carnet de citations augmenté. J’ai eu plusieurs carnets de citations, mais je les ai tous laissé tomber, car je ne les ouvrais jamais. Donc mes billets comportent souvent plusieurs citations, c’est un grand plaisir pour moi de les recopier.

Taguer ses billets
Je n’ai jamais rien compris aux catégories, même si je suis fermement convaincue de leur existence. Mes étiquettes se limitent donc : au nom de l’auteur (scénariste et dessinateur pour les bandes dessinées), à la date d’écriture (et pas celle de la traduction en français), quelquefois la date de l’action du roman en cas de récit historique, le pays de l’auteur et/ou sa langue d’écriture en cas de divergence (Oscar Wilde écrivant directement Salomé en français, cela fait toujours quelque chose), voire le pays du récit. Parmi les catégories supplémentaires : Destination PAL en été et les femmes écrivains, les écrivaines, les autrices, les auteures, pour attirer un peu de lumière sur elles !

Noter ses lectures
Non, à part sur Babelio.

Les affiliations
Niet.

La reconnaissance
Hein ? Les rares commentaires de ce blog sont le fait d’une quinzaine de groupies, mais moi-même commente rarement les blogs que je suis, je ne vais donc pas râler. De toute façon, on peut parler le plus génialement du monde du livre le plus génial, une simple recette de gâteau raflera tous les suffrages. De plus, la faible visibilité de ce blog me donne un sentiment de grande liberté : puisque personne ne me lit, je peux bien parler de ce que je veux. Je ne me sens aucune obligation (et oui, je l’ai déjà dit).

Illustration 
Cette catégorie n’existe pas dans le questionnaire d’origine et c’est bien dommage. La plupart des blogs se contentent de poster la photo du livre plus ou moins mis en scène (mention spéciale pour Lili où de lecture en lecture nous suivons le sommeil des chats), quelques-uns se risquant à proposer la tête de l’auteur ou une photo du lieu du récit – mais heureusement il y a Dominique qui fournit de belles images ! Je trouve ça triste. Pour ma part, je prends beaucoup de photos des lieux que je visite et j’aime à réutiliser ce stock d’images qui envahissent l’ordinateur. Lors de la publication d’un billet, je prends donc le temps de farfouiller pour trouver une image qui aura un (vague) rapport (tout à fait arbitraire) avec ma lecture. C’est un de mes grands plaisirs, même si certains romans semblent vouloir résister à l’exercice (allez savoir pourquoi, j’ai toujours beaucoup de mal avec Balzac).

Je me rends compte en me relisant que mes réponses ne donnent peut-être pas une image très sympathique de moi. Pourtant, en vrai, je suis plutôt gentille. L’essentiel est que chacun se sente libre sur son propre blog et surtout s’y sente à sa place. 

Profitez du mois d'août ! Le blog présentera quelques poèmes pendant que j'arpenterai une terre située très loin de Marseille.

12 commentaires:

  1. Je m'y retrouve... Sauf pour corner les pages, mêem pour mes livres je note la page ou insère un bout de papier
    Le syndrome de DrJ je ne connaissais pas, mais c'est sûr qu'on peut dévorer un livre connu (je viens de relire Le meurtre de r Ackroyd avec plaisir!)
    et j'ai aussi en brouillon de billets dont la rédaction remonte à un paquet de semaines
    Bref, on fait ce qu'on veut; ,'est ce pas?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui moi aussi je relis les Agatha Christie !

      Supprimer
  2. oui oui de la poésie de la poésie et toute la poésie maurice Carême albert samain (apprendre le français sans peine ) Théodore de Milosz ... et des plus ou des moins et des jamais lus ! mais pas René Char pitié . bonnes vacances . j'ai relu Rebecca à voix haute pour S. impressionnant thriller et d'autres impressions plus "littéraires". reste à le tester dans la langue originale

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es beaucoup plus savante que moi en matière de poésie. Je me contente de Siméon que nous a vanté tant de fois Rachelle. Mais je note les noms que tu cites, on ne sait jamais...

      Supprimer
  3. Problème de connexion, mon commentaire a disparu...

    Je disais donc que j'adore le blog de Dominique moi aussi, et que les images qu'elle poste sont toujours bien trouvées. Il m'arrive de mettre une photo personnelle, un portrait tombé dans le domaine public ou la représentation d'une œuvre d'art, mais les questions de droits d'auteur me rendent fainéante. Certaines blogueuses ont eu de sérieux ennuis (et je ne dis pas qu'il est normal qu'un auteur se fasse voler une image, cela me gênerait beaucoup aussi). N'ayant pas une grande base de photos personnelles, je m'abstiens donc presque toujours.
    Tu me donnes envie de me bousculer un peu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avant je cherchais des reproductions sur certains sites mais maintenant je n’utilise presque que mes photos personnelles (j’avoue, j’ai un stock conséquent) et si je prends une photo sur un site je l’écris clairement. Mais je n’ai envie de bousculer personne moi, c’est juste que j’aime bien les belles images.

      Supprimer
  4. Il y a un petit côté ésotérique à ton carnet de numéros de pages héhéhé ! Ça ne m'étonne pas vraiment, en fait : ton blog est définitivement atypique, je trouve. Que ce soit ta manière d'écrire tes billets, de les présenter, ou le choix de tes lectures, ton blog ne ressemble à aucun autre. C'est pour ça que j'aime te suivre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh ben merci beaucoup ! Je n’ai pourtant pas spécialement la volonté de faire original.

      Supprimer
  5. J'aime beaucoup ce biller car il montre à quel point on peut à la fois apprécier un blog et pour autant fonctionner soi meme de facon différente
    Merci d'apprécier les illustrations visuelles que je tente de trouver, cela fait parte de mon plaisir Comme toi je ne commente que des livres que j'apprecie

    RépondreSupprimer
  6. Tu ne parles pas de tes titres qui sont toujours tres reussis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J’ai oublié.. mes titres sont toujours des citations des livres commentés. Merci !

      Supprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").
Vous n'avez pas de blog ? Utilisez le mode nom/URL et ne laissez qu'un nom. Ou utilisez le mode "anonyme" mais laissez-moi un indice.